Le tango impossible ou quand le street art illustre notre quotidien

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Je crois bien avoir reconnu dans ce graffiti magistral la patte de Philippe Hérard.

Ce qui m’a frappé de façon certaine, par contre, c’est l’extrême actualité du sujet. Vous n’avez pas l’impression que ces deux là, enchassés dans l’embrasure de cette porte si étroite, rêveraient de bien faire, de courir dans la prairie ensoleillée qui se trouve peut-être simplement derrière le battant? oui, oui… mais voilà, ils sont bien trop occupés à se disputer la place, à se disputer on ne sait quelle vérité ridicule et sans aucun intérêt… Bref, ils ne sont pas tirés d’affaire, hein? Un peu comme nous d’ailleurs.

 

Coincés dans la porte (Philippe Hérard?)

Joakim eskildsen | american realities | galerie Polka du 20 avril au 21 mai

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Eli Stockstill - Buras - Louisisna 2011 - @Joakim Eskildsen

Après Home Works en 2013 et Nordic Signs en 2015, la galerie Polka présente American Realities*, du photographe danois Joakim Eskildsen.
Aux Etats-Unis, une personne sur six vit sous le seuil de pauvreté. Pour dénoncer ce triste constat, Joakim Eskildsen a été missionné par la directrice de la photographie de Time Magazine, Kira Pollack. Il a parcouru, durant sept mois, en 2011, les routes des cinq Etats les plus
pauvres : la Californie, la Louisiane, la Géorgie, le Dakota du Sud et New York.

Cour de Venise
12, rue Saint-Gilles, 75003 Paris

Cette fille est-elle a real human? Et nous?

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone
Real human?

Real human?

 

On dit que dans dix ans des robots humanoïdes envahiront nos vies, pour s’acquitter des tâches ménagères ingrates ou nous tenir compagnie… Hu, hu? Nous verrons alors si la théorie développée par Masahiro Mori se touvera confortée. Il prétend en effet que nous éprouverons du rejet envers les objets ayant une trop grande ressemblance avec l’humain. C’est possible. Et devant la perfection? Du rejet, de la peur, de la vénération? Faut voir comme dirait votre voisin de comptoir, faut voir.

Mosko en solo fait le show – Cabinet d’Amateur jusqu’au dimanche 10 avril 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Les flash d’information vous donnent un peu la gueule de bois? Vous avez envie de vous redresser, de bomber le torse, de respirer un peu d’air frais et de vous étirer ? J’ai ce qu’il vous faut. Mosko fait son show en solo au Cabinet d’Amateur jusqu’au 10 avril 2016. Regardez bien ces pochoirs, leur technique s’est enrichie… Et du coup notre plaisir aussi.

Le cabinet d’amateur
12 rue de la Forge Royale 75011 Paris

du mardi au samedi de 14 heures à 19 heures
le dimanche de 14 heures à 17 heures

 

Mosko - Tigre allogé - Technque mixte et pochoir sur métal - 45 x 93 cm

 

 

Le Bronx de la Gare de Lyon | VICE | France

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Source : Le Bronx de la Gare de Lyon | VICE | France

« Après avoir laissé pourrir l’îlot Chalon à dessein afin de forcer ses habitants à le quitter, le gouvernement et la Mairie observeront avec satisfaction le départ des dealers vers Stalingrad ou la Goutte-d’Or. C’est dans ce contexte-là que le photographe Francis Campiglia a pris la direction de l’îlot Chalon, afin de documenter le chant du cygne d’un quartier qui finira par être enseveli sous le béton purificateur de la rénovation urbaine. Il en tirera un livre, L’îlot Chalon : chroniques d’un quartier de Paris, 1986-1995. J’ai eu l’occasion de discuter avec lui afin d’en savoir plus sur son expérience dans ce quartier légendaire. » ( Par Raphaël Ciais – VICE –mars 25, 2016)

 

 

Autres références : https://www.facebook.com/media/set/?set=a.403484233071392.99602.242455849174232&type=3

 

Les photos de Francis Campiglia : https://www.flickr.com/photos/franciscampiglia/

Konny Steding . Why do you avoid yourself?

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Hey Konny Steding… Why do you avoid yourself?  I mean you almost refuse your own existence. It is just easier.

 

Ce qui ne semble pas très facile, en tous cas, c’est de coller son affiche. On sent bien que celle là a été placardée un peu à l’arrache et que quelque chose ou quelqu’un a dérangé Konny. Franchement, si vous reconnaissez l’endroit, sinistre et malodorant, un peu de déco  ne peut que le rendre plus accueillant. On devrait même réserver quelques piliers à Konny. Une pétition sur change.org? Non je blague… Quoique.

 

Konny Steding rue St Merri - why do you avoid yourself I mean you almost refuse your own existence it is just easier

L’Atelier en plein air – Les Impressionnistes en Normandie – Jacquemart-André jusqu’au 25 juillet 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

L'atelier en plein air - Les impressionnistes en Normandie

 

Le printemps arrive, l’appel de la plage et des bains de mer se fait pressant, que diriez-vous d’aller admirer l’exposition consacrée aux Impressionnistes en Normandie, histoire de bien vous mettre dans l’ambiance?

D’autant que le musée Jacquemart-André a réuni pour l’occasion une cinquantaine d’oeuvres très intéressantes, qui montrent l’évolution parallèle de la peinture des impressionnistes et l’émancipation en bord de mer de la société aisée de la fin du 19ème siècle. Evolution parallèle qui ravivera cette discussion sans fin sur l’artiste et l’argent, sur l’acheteur aisé, mais s’il n’était pas aisé il ne serait pas acheteur, et de son influence sur les sujets des oeuvres.

Les impressionnistes aimaient par dessus tout le ciel, la nature, les reflets de la lumière dans l’eau, et surtout s’installer dehors pour peindre. L’engouement de la riche bourgeoisie française et anglaise pour pour les bains de mer et la Normandie, proche de Paris et de l’Angleterre, sera une aubaine.

Les peintres se précipitent sur les plages et dans les campagnes, émerveillés par la qualité mouvante de la lumière et de l’eau, et suivent pas à pas la transformation des paysages, d’abord purement agricoles et maritimes, pour devenir peu à peu urbains-chics comme on dirait aujourd’hui. Les plages se tapissent de planchers, les cabines à rayures colorent le paysage, remplaçant peu à peu les charrettes de varechs et les horizons déserts de ces plages immenses. Tout le monde, celui qui compte, y vient, la reine Victoria avec sa cabine personnelle, les femmes en crinoline et les messieurs en habit, tandis que quelques courageux se risquent aux premiers bains. On tapisse le sable de planches pour la promenade et les pêcheurs observent de loin, comme étrangers, ces nouveaux venus qui semblent, qui sont chez eux. Le monde bascule et les peintres peignent des merveilles.

 

 

Musée Jacquemart-André
158 boulevard Haussmann, 75008 Paris

L’Atelier en plein air – Les Impressionnistes en Normandie –  jusqu’au 25 juillet 2016

Ouvert tous les jours de 10h à 18h.
Nocturne le lundi jusqu’à 20h30 pendant l’exposition
Site Internet
www.musee-jacquemart-andre.com

Pour ou contre l’allaitement maternel et jusqu’à quel âge?

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Are you mom enough? (Time)

 
La consultation de la presse étrangère est toujours très éclairante, autant par ce qu’elle nous apprend sur le journal et le pays dans lequel il paraît, mais aussi sur notre propre décalage et cette sensation d’étrangeté qui nous saisit à leur lecture. Et si cette interrogation nous en apprenait aussi sur nous-mêmes?

 

Il peut en aller ainsi en lisant cet article de Time  « Are you mom enough? »

Source : The Top 16 Breastfeeding Controversies

 

Time - Quand l'allaitement maternell provoque des polémiques

L’ART ET L’ENFANT. CHEFS-D’OEUVRE DE LA PEINTURE FRANÇAISE au Musée Marmottan du 10/03 au 03/07/2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Musée Marmottan - l'Art et l'Enfant

 

C’est une très intéressante exposition  » L’Art et l’enfant – Chefs-d’œuvre de la peinture française  » que nous présente le musée Marmottan Monet du 10 mars au 3 juillet 2016. Elle fait partie des expositions transerversales dont le musée s’est fait une spécialité et dont nous avions particulièrement apprécié La Toilette Naissance de l’Intime.

Signées Le Nain, Philippe de Champaigne, Chardin, Greuze, Corot, Daumier, Millet, Manet, Cézanne, Monet, Morisot, Renoir, Bastien-Lepage, Pelez, Bonnard, Vallotton, Maurice Denis, Matisse, Picasso, Chaissac, Dubuffet… près de soixante-quinze œuvres provenant de collections particulières et de musées français et étrangers sont réunies ici pour l’occasion.

Collaboration entre historiens et historiens de l’art, cette exposition retrace l’histoire du statut de l’enfant du 14ème au 20ème siècle. Et c’est un peu une visite en miroir qui nous attend, un aller et retour permanent entre notre propre connaissance de l’état d’enfant, après tout nous avons tous été le sujet de cette exposition, et sa représentation artistique, reflet de la société de son temps.

Première constatation, les premiers siècles concernés ne nous montrent pas d’enfants, ou alors l’enfant Jésus ou les héritiers du royaume, absolument improbables dans leur costume et leur posture. Nous sommes alors dans une société où l’espérance de vie est de 35 ans, très  paysanne et très pauvre. Les artistes n’existent que pour les commandes que la noblesse ou le clergé leur passent et il s’agit alors soit d’édifier et d’instruire ou d’affirmer son autorité.

Quand il est représenté avec des adultes, l’enfant est au second plan, harnaché, comme l’élément d’avenir de la lignée familiale. Rien de réaliste ici, seulement la mise en tableau d’une volonté politique ou religieuse, comme ce portrait en pied du futur Louis XIV vers 1640, où le petit prince avait alors deux ans.

 

Louis XIV en 1640, anonyme

 

Ou encore celui de cet enfant mort,  épisode banal de l’existence à cette époque où un enfant sur deux meurt avant la fin de sa première année, et dont l’intérêt est juste de prendre sa place dans  l’arbre généalogique familial.

 

6_anonyme_anciennement_attribue_a_philippe_de_champaigne_portrait_d_un_enfant_mort_web

 

Vient alors le dix-huitième siècle qui va profondément changer la perception et la représentation de l’enfance et progressivement de l’enfant. L’éducation devient une priorité et l’enfant l’objet d’attentions, l’objet de tendresse, et toujours le reflet des
idées de la société. Comment comprendre, sinon, les images d’épinal et les représentations de ces enfants jouant à la guerre ou participant aux révoltes du dix-neuvième siècle

 

 La précaution maternelle - 1855 - Jean-François Millet (détail)  Jeune femme allaitant son enfant - 1777 - Louis Roland Trinquesse

 

 La leçon de géographie 1806 - Anne Louis Girodet-Trioson   La leçon de tricot (détail) - 1869 - Jean-François Millet

Les petits patriotes (détail) - 1830 - Philippe Auguste Jeanron  pe au clairon - 1870 - eva gonzales

 

Le Ballon 1899 de Félix Valloton

 

Picasso Pablo (dit), Ruiz Picasso Pablo (1881-1973). Paris, musée Picasso. MP1990-36.

 

Et pour le vingtième siècle, nous découvrons les dessins d’enfants eux mêmes qui inspireront nombre d’artistes, volontairement ou non, et d’autres oeuvres qui mettent en scène cette enfance. Gardons-nous d’y voir un aboutissement, la société n’en a pas fini avec nos premières années et peut être est-ce même le contraire. Toutes les avant-gardes ne tardent pas  à s’enfoncer dans la conformité du temps passé, comme notre propre enfance d’ailleurs.

Vous l’avez compris, j’ai beaucoup aimé cette exposition.

 

Les sections de l’exposition

Section 1 16ème et 17ème siècles : l’Enfant, maillon d’une lignée
Section 2 18ème siècle : l’Enfant des philosophes
Section 3 1790-1830 : Survivances de l’Ancien Régime
Section 4 Après 1789 (1830-1918) : l’Enfant aux armes
Section 5 1830-1870 : l’Enfant du peuple
Section 6 1870 – 1900 : Enfances contrastées
Section 7 A l’aube du xxe siècle : le dessin d’enfant et les avant-gardes

 

 

Exposition 10/03 au 03/07/2016

2, rue Louis-Boilly
75016 Paris
Métro : La Muette – Ligne 9

www.marmottan.fr

Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h
Nocturne le jeudi jusqu’à 21h
Fermé le 1er mai

Photos du jour : Allo, la compagnie d’assurance?

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Avec Bag Heera

 

Bag Heera - Au téléphone avec la Cie d'assurance    Bag Heera - Au téléphone avec la Cie d'assurance

Bag Heera - Au téléphone avec la Cie d'assurance    Bag Heera - Au téléphone avec la Cie d'assurance

Bag Heera - Au téléphone avec la Cie d'assurance    Bag Heera - Au téléphone avec la Cie d'assurance

Bag Heera - Au téléphone avec la Cie d'assurance    Bag Heera - Au téléphone avec la Cie d'assurance

LouiseBrooks theme byThemocracy