Photo

Une baleine s’est échouée quai de la Tournelle

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Un beau matin, les parisiens se sont frottés les yeux, pensant avoir mal vu: une baleine s’était échouée sur les pavés du quai, ou plus exactement du Port de la Tournelle.

Sapristi, que nous arrive-t-il et comment ce cétacé a-t-il bien pu remonter toute la Seine et sauter jusque sur le quai  pour finir sa vie au pied de Sainte Geneviève, laquelle Geneviève n’a même  pas daigné se retourner? Ainsi soliloquaient quelques parisiens badauds qui finirent par s’attrouper autour de l’animal. Le Captain Cap n’en est toujours pas revenu.  Jugez plutôt :

 

Une baleine s'est échouée quai de la Tournelle

 

En fait il s’agissait d’une initiative du collectif Captain Boomer qui échoue sa baleine sur les plages et d’autres lieux et pour l’occasion la Mairie de paris pour rappeler aux hommes que nous sommes que quelque chose ne va plus sur notre bonne vieille terre et que nous en verrons bien d’autres que cette baleine si nous ne redressons pas le tir. Bien vu, non?

Today’s picture : Jean-Louis à la Guinguette de la Mouff

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Jean-Louis et la Guinguette de la Mouff

Arles 2017 – Annie Leibovitz – The Early Years, 1970-1983

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Annie Leibovitz, the Early Years, 1970-1983. Grande Halle, Parc des Ateliers, jusqu’au 24 septembre 2017. Ouvert tous les jours, de 10 h à 19h30.

Annie Leibovitz – Avec 2500 photos exposées cette année aux Ateliers d’Arles – la période de 1970 à1983, il y aura sans doute l’année prochaine une seconde séance – on est à la fois intéressé, séduit, et puis aussi un peu étourdi par cette abondance.

Et quelquefois, le découragement vous saisit, comme il peut saisir tout photographe lorsqu’il cherche dans sa boite ou sur son écran quelle photo il retiendra finalement d’une journée de travail, d’une période, d’un événement, celle qui fait sens, pas forcément la plus belle, la mieux exposée, la plus explicite, mais celle qui lui fait dire c’est celle là que je veux montrer.

Là elles y sont toutes, peut-être, en tout cas beaucoup, et c’est au visiteur de se confronter à ce travail, d’autant plus éprouvant qu’il n’est pas l’auteur des milliers d’instants capturés et alignés, punaisés méthodiquement sur de grands panneaux, d’autant plus aussi que son temps lui est compté, celui de la visite alors qu’il faudrait des jours et des jours d’exploration, de découverte, de mise en rapport, de commentaires, de recherches.

Alors, j’ai baissé les armes et j’ai fait comme ce visiteur, je me suis assis, découragé peut-être, incapable de maîtriser ce que je voyais, inquiet de mon impuissance.

 

Arles 2017 - Annie Leibovitz, the Early Years, 1970-1983

 

21 bonnes raisons d’aller voir Mémoire et Lumière – Photographie japonaise 1950-2000 – Mep –> 27/08/2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

MÉMOIRE ET LUMIÈRE
PHOTOGRAPHIE JAPONAISE, 1950-2000
LA DONATION DAI NIPPON PRINTING CO., LTD.

Maison Européenne de la Photographie
5/7 rue de Fourcy, 75004 Paris

EXPOSITION
DU 28/06/2017 AU 27/08/2017
NIVEAUX +3, +2, +1, O

 

Shoji Ueda, Portrait sur les dunes, vers 1950 © Shoji Ueda Office. Collection MEP, Paris. Don de la société Dai Nippon Printing Co., Ltd.

 

Oui, 21 bonnes raisons d’aller voir cette formidable exposition, les 21 photographes mis à l’honneur, et pas pour deux ou trois images chacun, mais avec chaque fois un large échantillon puisé dans les collections de la donation  Dai Nippon Printing Co., Ltd. à la Maison Européenne de la Photographie:

Nobuyoshi Araki, Masahisa Fukase, Seiichi Furuya, Naoya Hatakeyama, Hiro, Eikoh Hosoe, Yasuhiro Ishimoto, Miyako Ishiuchi, Ihei Kimura, Taiji Matsue, Ryuji Miyamoto, Yasumasa Morimura, Daido Moriyama, Ikko Narahara, Toshio Shibata, Hiroshi Sugimoto, Keiichi Tahara, Hiromi Tsuchida, Shomei Tomatsu, Shoji Ueda et Hiroshi Yamazaki.

Première réflexion, ces photographes pourtant si divers tant par le style que les sujets abordés, offrent une unité troublante. Est-ce leur recherche constante et obstinée de l’humanité? Peut-être. Sans doute même.

Seconde remarque, on ne trouve ici aucune forfanterie. Les photos sont là, montrant ce que leur titre explique, ni plus, ni moins.  A aucun moment on ne sent de désir de « faire le malin », comme il arrive parfois.

Bon, vous l’avez compris, je suis sorti ravi de cette exposition et je compte bien y retourner avant sa fermeture (28 août).

Pour regarder plus en détail, par exemple, les photos de Ryuji Miyamoto, pour sa série sur Kobe et les effets du tremblement de terre qui détruisit la ville en 1995.

 

Ryuji Miyamoto Kobe, après le tremblement de terre, 1995 © Ryuji Miyamoto. Collection MEP, Paris. Don de la société Dai Nippon Printing Co., Ltd.

 

ou encore  Seiichi Furuya  et les portraits  hypnotiques et inlassables qu’il prit de son épouse depuis leur mariage, puis sa maladie (schizophrénie) et son suicide 7 ans plus tard.

 

 Seiichi Furuya - Memoires 2005 - Collection MEP, Paris. Don de la société Dai Nippon Printing Co., Ltd.

 

ou aussi celles de Eikoh Hosoe pour sa série « Man and Woman »

 

 

Et quelques autres : Naoya Hatakeyama, Hiromi tsochida, Shomei Tomatsu ou Daido Miriyama

 

Mep - exposition memoire et lumière photographie - Naoya Hatakeyama - Rivers Series 1993

 

Mep - exposition memoire et lumière photographie - Hiromi Tsuchida

 

Mep - exposition memoire et lumière photographie - Shomei Tomatsu

 

Mep - exposition memoire et lumière photographie - Daido Miriyama

 

Maison Européenne de la Photographie
5/7 rue de Fourcy, 75004 Paris
01 44 78 75 00 – www.mep-fr.org
M° Saint-Paul (ligne 1) ou Pont Marie (ligne 7)

Ouvert du mercredi au dimanche de 11h à 20h

Today’s picture : Passage Jouffroy

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Passage Jouffroy#1

Daphné Rocou – Paridisi Retrouvé – Little Big galerie jusqu’au 28 juin 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

 

Impossible pour moi devant cette photo de ne pas me retrouver transporté au coeur d’un tableau de Jheronimus Bosch. Et comme je suis un inconditionnel de ce peintre et de son univers, je ne peux moins faire que vous conseiller d’aller jeter un oeil attentif aux photos de Daphné Recou que Constance Lequesne propose à la Little Big Galerie.

C’est au 45 rue Lepic, Paris 9e jusqu’au 28 juin 2017.

 

Daphne Rocou - Paradisi Retrouvé

Today’s picture : le désert du Nambib

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Le desert du Namib #1 - 2017

Jan Saudek – la femme au miroir 

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Jan Saudek - la femme au miroir

Il y a a des photos qui disent plus que ce qu’elles montrent,  vous ne trouvez pas ?

En tout cas, moi je suis assez fan de cette image. Comme de l’oeuvre de ce photographe.

 

En voir plus : http://www.saudek.com/

21 mars 2017 : journée mondiale de la marionnette

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Quoi de plus dérangeant qu’une marionnette. A notre image, ou presque, elle se meut comme nous, ou presque, nous observe d’un regard étrangement humain, ou presque… Le plus bizarre, c’est que l’inverse est vrai aussi. Une marionnette jouée par un homme ou une femme est toute aussi déstabilisante…. Ou presque.

C’est ce « presque » qui rend les marionnettes intéressantes. En attendant septembre et le festival de Charleville Mézières (http://www.festival-marionnette.com/fr/), ces deux photos de Jimmy Backius (modèle Liza Ostanina). Etonnant non?

 

(Quant à la Samaritaine,… que dire sinon notre tristesse résignée…)

 

Jimmy Backius ( modèle Liza Ostanina)

Jimmy Backius ( modèle Liza Ostanina)

 

Eli Lotar au jeu de Paume jusqu’au 28 mai 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Eli Lotar au Jeu de Paume jusqu'au 28 mai 2017

 

Assez peu connu du grand public, Eli Lotar est pourtant une figure majeure de la photographie de l’entre-deux guerres. C’est ce que cette exposition permet de découvrir dans une rétrospective magnifique, où tirages d’époque, images inédites, journaux, revues illustrées, films nous permettent d’avoir une vue d’ensemble sur son travail photographique et cinématographique

Né en 1905 à Paris, il passera son enfance et son adolescence à Bucarest avant de revenir en France à 17 ans. Apprenti comédien, sa rencontre avec Germaine Krull l’orientera définitivement vers la photographie, une passion pour l’image qu’il déclinera ensuite vers l’illustration, le reportage, et le cinéma.

L’exposition du Jeu de Paume est divisée en cinq parties thématiques, plus ou moins chronologiques.

Nouvelle Vision montre comment le jeune Eli Lotar au talent précoce va rapidement « se démarquer des pionniers de la photographie moderne qui émerge à paris vers la fin des années 20″.

Il expose en 29 avec André Kertész, Man Ray et Germaine Krull à Stuttgart et ses photos prennent alors pour sujet le paysage urbain et industriel et les objets de la vie moderne : avions, bateaux, trains,rails, signaux de chemin de fer… »

Eli Lotar - locomotive - 1929

Eli Lotar - Benne - 1929

 

Déambulations urbaines

Cette période sera celle de la découverte de Paris et de ses mutations. Il parcourt la ville avec germaine Krull et s’attarde sur les objets insolites et les points de vue surprenants. Le commentaire ou le titre des photos viennent renforcer le souci qu’il manifeste de témoigner mais aussi de détourner le quotidien.

Eli Lotar - Punition - 1929

Eli Lotar - Aux abattoirs de la Villette - 1929

Engagement documentaire

 

Il se lance vers 1929 dans le reportage pour le magazine VU,Variétés, Détective, Jazz mais aussi dans des projets de films documentaires comme Zuiderzeewerken. Il se tournera même presque exclusivement vers le cinéma dès le début des années 30 tout en affirmant son esprit militant.
Il sera ainsi l’opérateur du film Terre sans Pain en 1933, de Luis Bunuel dans la région misérable Las Hurdes en Espagne.

Evénement, l’exposition permet de voir en intégralité (une vingtaine de minutes) le seul film pour lequel il a reçu une réelle reconnaissance au titre d’auteur intitulé Aubervilliers, 1945. C’est un document exceptionnel qui montre la misère des quartiers populaires mais aussi la dignité des pauvres gens qui rappelle celle des paysans espagnols de Las Hurdes. Commentaire et chansons sont écrits par Jacques Prévert.

Ne ratez pas cette projection!

 

Eli Lotar - Illustration du journal Detective - 1928

Eli Lotar - Travaux d'assèchement du Zuiderzee Pays Bas - 1930

Eli Lotar - Las Hurdes 1933

Jeu de Paume - Eli Lotar - Autour du film Aubervilliers - Journal et photogrammes

Projection du film Aubervilliers - Eli Lotar - Paroles et chansons Jacques Prévert

 

Photogénie des Sites.  Cette section montre comment « dans les années 1920 et 1930, période la plus intense de sa pratique photographique, Eli Lotar effectue plusieurs voyages à travers la France et la Méditerranée, dont il rapporte de nombreuses vues de sites
portuaires et maritimes – thèmes en vogue à l’époque. »

Pose et Postures

Les portraits des surréalistes (Georges Bataille, André Masson, Roger Vitrac), de figures du cinéma et du music-hall (Sylvia Bataille, Feral Benga, Marcel L’Herbier), ou dans les années 1940 et 1960, du sculpteur Alberto Giacometti sont autant d’exemples de ces rencontres et amitiés diverses qui ont jalonné la carrière de Lotar, en particulier dans le monde du spectacle. Le sculpteur fera un buste du photographe et le photographe fera un reportage de cette création dans un émouvant chassé croisé.

 

Eli Lotar - Portrait de l'actrice Wabda Vangen - 1929  Eli Lotar - Giacometti - Buste de Lotar - 1965

 

Giacometti - Buste de Eli Lotar - 1965

 

Eli Lotar (1905 – 1969)
du 14 février au 28 mai 2017

Jeu de Paume
1 place de la Concorde Paris 8e
www.jeudepaume.org

Mardi (nocturne) : 11 h-21 h
Mercredi à dimanche : 11 h -19 h. Fermeture le lundi

 

 

LouiseBrooks theme byThemocracy