Photo

Today’s picture : terrasse rue André Antoine

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

On ne peut aimer Paris sans aimer ses terrasse de café. Mais certaines sont assez singulières…

 

Terrasse rue André Antoine - © Gérard LAURENT

Illusion d’optique

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Illusion d'optique - © Marcus Maly-Motta

Photo Marcus  Maly-Motta

Kate Moss et sa casquette

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Qu’est-ce qui fait la magie d’un regard, d’un visage, d’une expression?

Pourquoi dit-on de certains qu’ils attirent la lumière?

Pourquoi dans une photo d’un groupe de personnes, l’une d’entre elles attire parfois notre attention avec une force telle qu’on ne voit plus qu’elle, comme si notre regard était aimanté? Un peu comme si un visage devenait le point de fuite absolu?

Aujourd’hui, Kate Moss et sa casquette  et que j’aurais du intituler « Les yeux de Kate Moss ». (Photo: Kate Garner)

 

Kate Moss (photo Kate Garner)

 

En savoir plus sur Kate Garner

En savoir plus sur Kate Moss

Photo : ELLEs de Francis CAMPIGLIA du 18 au 31 janvier 2017 à la Commune

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Exposition Photos : ELLEs de Francis CAMPIGLIA du 18 au 31 janvier 2017 à la Commune

 

Une exposition pour saluer la parution du livre ELLEs. Francis Campiglia m’a convaincu d’écrire quelques lignes à propos de ces photos que j’ai vu parfois naître au fil de déambulations photographiques :

« Pas de studio, d’éclairages savants et de poses alambiquées. Les femmes photographiées par Francis, surprises dans leur quotidien, sont fières et sereines. Elles se prêtent au jeu avec élégance et leur tranquille assurance illumine la photo.
On aime ces femmes, on aime ces photos »

Exposition du 18 au 31 janvier 2017 (vernissage le 18 à partir de 18 h)
La Commune, 3 rue d’Aligre Paris 12e

 

 

Photo : Les Parisiennes de Gérard LAVALETTE du 16 au 22 janvier 2017 à l’Atelier 213

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Les parisiennes de gérard Lavalette du 16 au 22 janvier 2017

 

C’est avec un très grand plaisir que je vous convie à cette exposition d’un ami et d’un photographe singulier et attachant. Les femmes qu’il a photographiées ne sont pas toutes des oies blanches mais cela ne nous fait pas peur, et ce sera pour notre plus grand plaisir.

 

Du 16 au 22 janvier 2017
Atelier 213

213 rue du faubourg saint Antoine – Paris 11e

Métro Faidherbe Chaligny

 

 

 

 

La Cour Napoléon du musée du Louvre

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

La Cour Napoléon du Musée du louvre

Six photos liquides à la Little Big Galerie

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

J’ai posé six petites photos pleines de soleil et de sérénité à la Little Big Galerie, quatre prises à Zanzibar, depuis la plage de Nungwy, et deux depuis le Pont Long Biên à Hanoï.

La little Big Galerie, c’est au 45 rue Lepic Paris 18e

Bonne fêtes à tous!

 

(Je crois bien que la galerie sera fermée du 24 décembre jusqu’au 2 janvier)

 

Zanzibar - Nungwy

 

Zanzibar - Nungwy

 

Zanzibar - Nungwy

 

Zanzibar - Nungwy

 

Hanoï - Sampans depuis le pont Long Biên

 

Hanoï - Sampans depuis le pont Long Biên

 

Et sous les jupes des filles? Quoi de neuf?

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

La photo d’un gars qui regarde une photo d’un gars qui regarde un tableau, le tout n’étant ni la naissance d’un monde ni une pipe, évidemment!

 

Et sous les jupes des filles, quoi de neuf ? Paris 2016 © Gérard LAURENT

 

 

Un petit coup de mou, ce matin?

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Sans aller jusqu’au désespoir extrême de Labévue de Chez Jules en face, il peut y avoir des matins où votre moral ne va pas fort.

Courage! et si le paysage vous semble bouché par la benne à ordures, dites vous bien qu’elle peut aussi emporter dans ses flancs les déchets de la ville et de l’histoire. On ne sait jamais.

Dublin, 2016

 

Dublin 2016 ©gérard LAURENT

Soulèvements au Jeu de Paume jusqu’au 15 janvier 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Soulèvements au jeu de paume

« Ce qui nous soulève ? Ce sont des forces : psychiques, corporelles, sociales. Par elles nous transformons l’immobilité en mouvement, l’accablement en énergie, la soumission en révolte,
le renoncement en joie expansive. Les soulèvements adviennent comme des gestes : les bras se lèvent, les coeurs battent plus fort, les corps se déplient, les bouches se délient. Les soulèvements ne
vont jamais sans des pensées, qui souvent deviennent des phrases : on réfléchit, on s’exprime, on discute, on chante, on griffonne un message, on compose une affiche, on distribue un tract, on écrit un ouvrage de résistance.

… Chaque fois qu’un mur se dresse, il y aura toujours des « soulevés » pour « faire le mur », c’est-à-dire pour traverser les frontières. Ne serait-ce qu’en imaginant. Comme si inventer des images contribuait — ici modestement, là puissamment — à réinventer nos espoirs politiques. ( Georges Didi-Huberman, commissaire de l’exposition) »

 

Et il y aura toujours aussi des témoignages et des illustrations de ces éruptions. Ce sont eux que cette exposition formidable entend nous montrer en cinq chapitres:

• ÉLÉMENTS (DÉCHAÎNÉS)
• GESTES (INTENSES)
• MOTS (EXCLAMÉS)
• CONFLITS (EMBRASÉS)
• DÉSIRS (INDESTRUCTIBLES)

 

Gustave COURBET, Révolutionnaire sur une barricade (projet de frontispice pour Le Salut public), 1848, fusain sur papier. Musée Carnavalet — Histoire de Paris. © Musée Carnavalet / Roger-Viollet.

 

Manuel ÁLVAREZ BRAVO, Ouvrier en grève, assassiné, 1934, tirage gélatino-argentique. Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, Paris © Musée d’Art moderne de la Ville de Paris / Roger Viollet © Estate Manuel Álvarez Bravo.

 

Pedro MOTTA, Natureza das coisas #024, 2013, série « Natureza das coisas », impression minérale sur papier coton. Collection particulière. Courtesy de l’artiste et galerie Bendana Pinel

 

JEU DE PAUME

1, PLACE DE LA CONCORDE · PARIS 8E · M ° CONCORDE
WWW.JEUDEPAUME.ORG

 

Mardi (nocturne) : 11 h-21 h
Mercredi à dimanche : 11 h -19 h. Fermeture le lundi

LouiseBrooks theme byThemocracy