Love Songs – Photographies de l’intime

Il reste 55 jours pour voir cette exposition

Love Songs – Photographies de l’intime
Maison Européenne de la Photographie jusqu’au 21 août 2022
5/7 rue de Fourcy Paris 4e (carte)
Ouvert du mercredi eu dimanche de 11 à 20h

Un vrai bonheur cette exposition… Pourtant, je vous l’avoue, je n’ai pas tout aimé … et c’est tant mieux, parce qu’elle a aussi suscité des moment de grâce et de recueillement.

Alors? Il faut dire qu’avec un tel sujet, l’intimité amoureuse, propre à chacune et chacun d’entre nous, il eût été bien étonnant de tout partager avec la même ferveur. Rajoutez-y l’approche photographique de chaque photographe et vous n’aurez pas besoin d’excuses pour quitter un auteur sans émotion aucune et plonger à côté dans l’émerveillement et la sensation que ces photos là vous sont directement adressées.

De quels auteurs vous sentirez-vous proches? le choix est somptueux : Nobuyoshi Araki, Nan Goldin, René Groebli, Emmet Gowin, Larry Clark, Sally Mann, Leigh Ledare, Hervé Guibert, Alix Cléo Roubaud , JH Engström & Margot Wallard, RongRong&inri, Lin Zhipeng (aka n°223), Hideka Tonomura ou Collier Schorr.

Somptueux le choix des photographes, mais vous serez peut-être étonné de vos propres réactions…

J’avoue humblement m’être longuement attardé devant les photos d’Emmet Gowin et j’y suis revenu plusieurs fois au cours de ma visite comme si, avant d’aborder d’autres histoires, d’autres images, d’autres émotions, Emmet Gowin me rassurait et me prenait la main.  Et puis Araki aussi, Nan Goldin, et  Alix Cléo Roubaud ou Collier Schorr encore…

A vous de voir! Et pour voir, le mieux c’est d’aller à la Mep, vous avez jusqu’au 21 août, ou alors d’aller sur le site de la Mep qui vous en dira un peu plus.

 

Alix Cléo Roubaud, Sans titre
(Autoportrait avec Jacques Roubaud),
1980

Emmet Gowin, Edith, 1967-2012
Emmet Gowin, Edith, 1967-2012
Collier Schorr, Angel Z, New York, 2021
© Collier Schorr. Courtoisie de l’artiste et
de 303 Gallery, New York
Nan Goldin – Nan and Brian in bed, NewYork City, 1983
Nobuyoshi Araki – Série « Sentimental Journey », 1971

Ithinknothing

On a beau avoir la même attitude que le Penseur de Rodin et avoir été peint par l’artiste Ithinknothing  dans un bel oxymore.

C’est dans le bois de Vincennes, au dos d’un bâtiment du jardin d’agronomie  tropicale que cet artiste de street art très inspiré a discrètement posé son message. Joli non? et plein de sous entendus que chacun pourra invoquer sans risquer la contradiction.

Par © Ithinknothing

Albert Edelfelt- Lumières de Finlande au Petit Palais

Il reste 12 jours pour voir cette exposition

Albert Edelfelt- Lumières de Finlande
Exposition du 10 mars au 10 juillet 2022
Avenue Winston-Churchill – 75008 Paris (carte)
Du mardi au dimanche de 10h à 18h.
Nocturne le vendredi jusqu’à 21h.

Cette exposition est exceptionnelle.
Exceptionnelle parce qu’elle met en lumière un artiste finlandais (1854-1905), un peu oublié en France, Albert Edelfelt, avec une richesse d’oeuvres dont la diversité et la lumière suscitent un émerveillement chaque fois renouvelé. On se demande en parcourant les salles de l’exposition comment il se fait qu’on n’ait pas connu cet artiste plus tôt.
Cette lacune est comblée et comme souvent au Petit Palais, avec une richesse et une élégance sans pareilles. Signature complémentaire de ce musée qu’on aime, l’exposition est une oeuvre en elle-même, pensée et réalisée en complicité totale et amicale avec un autre musée, l’Ateneum Art Museum d’Helsinki.

Chaque salle présente une facette du peintre, depuis son amour sans faille pour son pays, cette Finlande si proche et si loin mais qu’on découvre avec bonheur, jusqu’à son amour pour la France qu’il sut conquérir, aimer et peindre avec une acuité du regard sans pareille.

Quelques vues ici pour vous donner envie d’y courir et d’y retourner.

Quand Dior cache ses travaux

On ne pourra pas dire que Dior ne fait pas le maximum pour enjoliver les bâches qui dissimulent les vilains échafaudages, comme sur les Champs Elysées.
Et reconnaissons-le, cette pudeur élégante a fière allure. On pourrait presque se demander si on ne regrettera pas leur retrait…

 

D’ailleurs le titre de cet article ne devrait-il pas être réécrit en une autre formule : Quand Dior met en lumière ses travaux!

Le Chat déambule à Genève, boulevard Wilson jusqu’au 24 avril 2022

Exposition de Philippe Geluck « Le Chat déambule » jusqu’au 24 avril 2022
Genève, quai Wilson

L’absurdité de la course du monde n’ayant en ce moment aucune limite, ne ratez pas si vous en avez le loisir la réjouissante exposition « Le Chat déambule » et la vingtaine de statues en bronze qui la composent.

Rien de plus pertinent que ce chat là; il a cette assurance implacable, aussi concentrée que celle d’un Buster Keaton dans un autre genre, et qui permet toutes les audaces aussi absurdes soient-elles. Réjouissons-nous, de la poésie en émane aussitôt et elle nous manque tellement!

Merci Philippe Geluck!