Hotel_728x90_venise

Today’s pictures – Lipizzan

Jument lippizzane - Haras de Lipica

Tête à tête - juments lipizzanes - Haras de Lipica

Today’s picture : la fille aux yeux verts

La fille aux yeux verts

SUMMER TIME : Paul Santoleri, Artiste Ouvrier, Karo Trass, Adey, Obi Hood – Galerie Ligne 13

santoleri_artiste-ouvrier_karo-trass_galerie-ligne-13

 

Finissage de l’expo SUMMER TIME avec Paul Santoleri, Artiste Ouvrier , ADEY, Obi Hood //et fin de la saison le mardi 15 juillet à partir de 18 heures.

 

Artiste Ouvrier réalisera une performance durant la soirée. La Balle, non?

Galerie Ligne 13
13 rue la Condamine Paris 17

du mercredi au samedi

La patine de Grégos

L’art de rue ou plus simplement le street art est par définition un art éphémère.
Posé sur le domaine public, il a l’avantage d’être visible sans autre formalité par tous ceux qui passeront devant. Mais le plus souvent exposé sans autorisation ni protection, il est alors à la merci de nettoyages municipaux et de dégradations dont celles du temps qui passe, des conditions atmosphériques, pluie, vent et même celles d’autres artistes confirmés ou en devenir, j’allais dire émergents comme nous le serinent les communicants artistiques de tout poils.

Si bien que l’oeuvre originale se transforme peu à peu et souvent même devient plus intéressante, comme fait la patine avec les vieux meubles.

Et ce moulage de Grégos en est une magnifique illustration.

Le Paris de Léon Claude Vénézia – expo exceptionnelle galerie Terres d’Aligre 28 juin – 31 juillet 2014

expo-le-paris-de-leon-claude-venezia-galerie-terres-d-aligre

 

La galerie terres d’Aligre et la Photothèque des Jeunes Parisiens vous invitent à l’exposition « Le Paris de Léon Claude Vénézia »

Vernissage le Samedi 28 juin 17h/22h

“J’avais vingt ans. La photographie a surgi dans ma vie comme une évidence pour donner forme à ce que je ressentais”

Piéton de Paris, à l’instar de Brassaï qu’il a eu le privilège de connaître, Léon Claude Vénézia est un amoureux de la ville où il est né en 1941 dans le quartier de la Bastille. Bien que partisan de la lenteur, il lui arrive parfois de déclencher au millième de seconde. Autodidacte, influencé par la littérature et le cinéma, il pratique un genre de photographie qui tient autant du reportage que de l’autobiographie.

Installé en Provence depuis les années 80, il a enseigné la photographie plus de dix ans à l’Ecole supérieure d’art d’Aix en Provence. Léon Claude nous a quittés le 25 novembre 2013…

« J’imagine parfois que la trace de nos déplacements pourrait être cartographiée. Le dessin sur la carte du monde serait une métaphore de notre passage. L’image révèlerait-elle une signification cachée? »

Exposition du 28 juin au 31 juillet 2014

Galerie terres d’Aligre – 5 rue de Prague 75012 PARIS – Métro gare de Lyon ou Ledru Rollin

Tél : 01 43 41 90 96 – Contact : terresdaligre@orange.fr

Du mercredi au vendredi 17h/20h, samedi 10h/14h – 15h/20h, dimanche 10h/14h

Sur RDV Philippe Albizzati : 06 07 83 48 90

Elle met le sexe de son mari à la casserole

Un ours à la casserole

 

L’actualité est parfois réjouissante, comme cette nouvelle tombée il y peu : une femme de 70ans, après avoir tué son mari, Dieu soit loué, a fait revenir à la casserole son  coeur, son nez et ses organes sexuels.

La nouvelle cuisine, en somme.

Comme quoi l’actualité a du bon et sait nous redonner le moral quand les politiques et les sportifs semblent se donner le mot pour nous démoraliser.

Retour d’expo. Miss Tic

Beaucoup de monde au vernissage Miss Tic à l’Oeil Ouvert pour son  exposition les Uns et les  Unes. Très  sympa.

image

C’est jusqu’au 8 juin
L’oeil ouvert
Tirages d’art & d’exception
74 rue François Miron
75004 Paris

Dominique Abel : le modèle et ses photographes – Une exposition formidable!

 

Dominique Abel - Le modèle et ses photographe - Galerie Photo Vivienne

 

J’étais un peu triste, j’avais raté l’exposition des photos de Dominique Abel ou plutôt celles prises par les photographes pour qui elle a posé. Et parmi eux, Jeanloup Sieff, Jonvelle, Javier Vallhonrat surtout,  et beaucoup d’ autres, formidables tous,.

Mais, profitez en, l’exposition est prolongée jusqu’à la fin du mois de mai.

Dominique Abel à décidé de vendre ses photos, ces tirages d’auteur qu’on lui offrait en salaire pour ses séances, et quand vous les aurez vu, vous serez encore plus ému par ces images et sa démarche.
Car cette femme vit dans ces portraits, dans ces nus et nous étreint l’ âme comme rarement.
Le nu en photographie est un genre que beaucoup de photographes disent pratiquer. Mais avec Dominique Abel, on a la sensation que, pour une fois, c’est le modèle qui pratique la photographie et qu ‘elle use du photographe comme d’ un outil pour s’exprimer et vous regarder comme vous la regardez. Elle est nue mais ce sera vous qui, bien que tout habillé, vous sentirez gêné.
Il y a quelqu’un de fort et d’attachant derrière ces photos et on n’en doutait pas un instant en les admirant. Allez les voir et comme moi vous aurez sans doute envie d’en savoir plus sur cette femme.

Beaucoup est offert sur son site:

http://www.dominiqueabel.com/homeFR.html

 

PHOTO VIVIENNE
Du 29 mars à fin mai 2014
4, Galerie Vivienne 75002-France

Invitation au Salon de la Photo Contemporaine lundi 26 et mardi 27 mai 2014 place Saint Sulpice

Gérard Laurent expose au salon de la Photo Contemporaine place st Sulpice les 26 et 27 mai 2014

 

L’année passée, j’avais passé un accord très spécial avec les autorités en charge du temps et nous étions tombés d’accord pour décider qu’il ferait très beau sur la place Saint Sulpice.  Je suis en ce moment même en pleines négociations pour renouveler cet accord qui devrait se finaliser dans les tous prochains jours… Que le ciel soit donc avec nous  car quoi de plus agréable après ces semaines de pluie et de froid que de flâner sur cette place magnifique et d’y découvrir des photographies exposées tout simplement pour votre plaisir.

Avec François Berton, Francis Campiglia et Gérard Porter, nous tiendrons d’une main ferme et d’un pas altier dont la devise sera l’audace et la gourmandise, quatre stands stands de photos aux petits oignons, reliés par des liens d’amitié et de complicités photographiques. Cafés et buvette aux environs pour des toasts à l’été enfin là et à la gloire du déclic dont nous ne lassons pas.

Serez vous des nôtres?

Place saint Sulpice stand 622

lundi 26 mai de 15 à 22 heures
et le mardi 27 mai de 11 à 20h

Vernissage lundi à partir de 18h

 

(Entrée libre – Free access)

#BringBackOurGirls

#BringBackOurGirls

Est-ce que, par hasard, vous trouvez qu’on parle un peu trop du résultat du match Psg Rennes que le premier a perdu tout en remportant quand même le championnat et pas assez de l’enlèvement de fillettes au Nigéria et de la déclaration monstrueuse du chef de leurs ravisseurs qui annonce tranquillement, la mitraillette sur le ventre, qu’il va les vendre comme esclaves sexuelles et épouses forcées pour une dizaine d’euros?

Oui? oui quoi? Vous trouvez qu’on n’en parle pas assez? Moi aussi, le Capt’ain Cap aussi, tout le monde finalement sauf peut-être les autorités religieuses

Alors allez sur votre réseau social favori, peu importe lequel, facebouc ou cuicui ou linkebling et postez un message, ou deux ou trois, bref au moins un avec le fameux Hashtag #BringBackOurGirls.

Je crois qu’on est un peu plus d’un milliard à avoir un compte sur ces réseaux là, et en postant un ou deux voire, folie trois messages avec ce fameux tag #BringBackOurGirls, cela ferait trois milliards de messages pour dire tout le mépris et le dégout que nous inspirent ces salopards, la révolte, la terreur et la pitié que nous ressentons pour ces fillettes et notre cri pour que tous ceux qui peuvent intervenir le fassent, armées, gouvernements, chefs religieux (allo, allo? il y a quelqu’un sur la ligne?), et même nos experts qui passent leur journée à nous expliquer le monde sur c’est à parler, ça va sans dire, le grand déballage, je vais parler vrai et je me bourre les poches.

Bon. je sais que parmi ces messages il y en a des stupides, des sordides même, mais peu importe, on triera plus tard. L’essentiel ce ne sont pas les loups qui hurlent avec nous, mais l’ennemi contre lequel il faut hurler jusqu’à ce que notre cri leur casse les oreilles et peut-être espérons-le, le reste aussi.