Kate Moss et sa casquette

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Qu’est-ce qui fait la magie d’un regard, d’un visage, d’une expression?

Pourquoi dit-on de certains qu’ils attirent la lumière?

Pourquoi dans une photo d’un groupe de personnes, l’une d’entre elles attire parfois notre attention avec une force telle qu’on ne voit plus qu’elle, comme si notre regard était aimanté? Un peu comme si un visage devenait le point de fuite absolu?

Aujourd’hui, Kate Moss et sa casquette  et que j’aurais du intituler « Les yeux de Kate Moss ». (Photo: Kate Garner)

 

Kate Moss (photo Kate Garner)

 

En savoir plus sur Kate Garner

En savoir plus sur Kate Moss

Photo : ELLEs de Francis CAMPIGLIA du 18 au 31 janvier 2017 à la Commune

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Exposition Photos : ELLEs de Francis CAMPIGLIA du 18 au 31 janvier 2017 à la Commune

 

Une exposition pour saluer la parution du livre ELLEs. Francis Campiglia m’a convaincu d’écrire quelques lignes à propos de ces photos que j’ai vu parfois naître au fil de déambulations photographiques :

« Pas de studio, d’éclairages savants et de poses alambiquées. Les femmes photographiées par Francis, surprises dans leur quotidien, sont fières et sereines. Elles se prêtent au jeu avec élégance et leur tranquille assurance illumine la photo.
On aime ces femmes, on aime ces photos »

Exposition du 18 au 31 janvier 2017 (vernissage le 18 à partir de 18 h)
La Commune, 3 rue d’Aligre Paris 12e

 

 

Photo : Les Parisiennes de Gérard LAVALETTE du 16 au 22 janvier 2017 à l’Atelier 213

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Les parisiennes de gérard Lavalette du 16 au 22 janvier 2017

 

C’est avec un très grand plaisir que je vous convie à cette exposition d’un ami et d’un photographe singulier et attachant. Les femmes qu’il a photographiées ne sont pas toutes des oies blanches mais cela ne nous fait pas peur, et ce sera pour notre plus grand plaisir.

 

Du 16 au 22 janvier 2017
Atelier 213

213 rue du faubourg saint Antoine – Paris 11e

Métro Faidherbe Chaligny

 

 

 

 

La Cour Napoléon du musée du Louvre

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

La Cour Napoléon du Musée du louvre

Six photos liquides à la Little Big Galerie

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

J’ai posé six petites photos pleines de soleil et de sérénité à la Little Big Galerie, quatre prises à Zanzibar, depuis la plage de Nungwy, et deux depuis le Pont Long Biên à Hanoï.

La little Big Galerie, c’est au 45 rue Lepic Paris 18e

Bonne fêtes à tous!

 

(Je crois bien que la galerie sera fermée du 24 décembre jusqu’au 2 janvier)

 

Zanzibar - Nungwy

 

Zanzibar - Nungwy

 

Zanzibar - Nungwy

 

Zanzibar - Nungwy

 

Hanoï - Sampans depuis le pont Long Biên

 

Hanoï - Sampans depuis le pont Long Biên

 

Ousmane Sow est mort

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

C’est avec émotion que j’apprends la disparition du sculpteur sénégalais Ousmane Sow le 1er décembre 2016.

En 1999, son exposition sur le Pont des Arts fut un véritable événement et l’occasion d’un des premiers articles de la Panse de l’Ours.

A voir ou revoir en hommage à ce grand sculpteur et à cet homme digne de ce nom.

Et quelques images pour les pressés:

 

Peulh - Scène du sacrifice

Masaï - La mère et l'enfant

Little Big Horn - Le Clairon

1984 - Lutteur Nouba

 

Cachez ce sein..? Quand Péro allaitait son père, une histoire romaine édifiante

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Caritas Romana - 1612 - Peter Paul Rubens

 

Et bien mon cher Capitaine, vous me semblez très remonté ce matin dis-je au Cap’tain Cap alors qu’il marchait à grands pas en bougonnant dans son gilet.

—  Ah oui , remonté est bien le mot. Je peste contre ce Zuckerberg et son algoryhtme du diable qui nous empêche de partager sur Facebook reproductions et images dévoilant le moindre téton, au prétexte que cela serait une atteinte insupportable à la décence et aux bonnes moeurs. Je voudrais bien voir de quelles bonnes moeurs il peut bien s’agir,  alors qu’on peut y publier sans problème des horreurs sanguinaires. A ce propos il me semble utile et nécessaire, mon cher, de vous raconter la très émouvante histoire de Cimon et Péro.

— De qui?

— Cimon et Péro. Une fameuse histoire de l’antiquité romaine que l’historien Valère fur un des premiers à rapporter.

— Valère? Maxime Valère? Ah oui il est dans mes amis et je le like assez souvent… Tout de même, cela ne nous rajeunit pas. Et le rapport avec facebook?

Le cap’tain cap s’emporta.

— Ne m’interrompez pas tout le temps sinon je vous black-liste. Bon, pour je ne sais quelle raison, là n’est pas le sujet, Cimon fut condamné à mourir de faim dans sa prison. Et Péro, sa fille, obtint la permission de le visiter. Mais le vieux Cimon ne mourait pas et semblait même supporter assez bien le jeûne absolu auquel il était soumis.

Les gardiens vérifièrent que Péro ne lui apportait pas de nourriture, mais rien n’y fit. Cimon gardait bon pied bon oeil..

Dépourvus de caméra de sécurité, les gardiens se postèrent secrètement pour percer ce grand mystère et découvrirent que Péro, pendant ses visites, donnait le sein à son père.

— Non?

— Mais si! Et émus par cette histoire, entendez bien mon cher, émus vous dis-je, le préteur et les juges, libérèrent le prisonnier.  Beaucoup d’autres l’auraient égorgé sans autre forme de procès, pour que force reste à la justice et à ses décisions.  Passons!

–Et cette histoire fit-elle le buzz?

— Le buzz? Mais bien plus que ça. Janssens, Greuze, Zoffany, Mellin,  Rubens, van Baburen et beaucoup d’autres illustrèrent l’histoire édifiante sans pudibonderie et personne à l’époque, ni la société ni l’église n’y trouvèrent rien à redire. Cette dernière fut d’ailleurs souvent commanditaire de ces oeuvres. Même le grand Caravage, dans une tableau monumental, les Sept Oeuvres de Miséricorde, inclura  cette scène dans son tableau.

Jugez par vous même  et remarquez bien, enfin, que l’oeuvre la plus récente, une photographie de Max Sauto, date de 2012.

 

Anonyme - Ecole italienne - 17eme-siecle

 

Caritas Romana - Jan Janssens - vers 1650

 

Giovanni Domenico Cerini - Carita Romana 17eme siecle

 

Caritas Romana - circa 1767 - Jean-Baptiste Greuze

 

Caritas Romana - 1769 - Johan Zoffany

 

Caritas Romana - Charles Mellin - 17eme siecle

 

Caritas Romana - 1623 - Dirck van Baburen

 

Le Caravage - Les Sept Œuvres de miséricorde - 1607

 

Roman Charity - Max Sauco - 2012

Roman Charity – @ Max Sauco – 2012

Et sous les jupes des filles? Quoi de neuf?

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

La photo d’un gars qui regarde une photo d’un gars qui regarde un tableau, le tout n’étant ni la naissance d’un monde ni une pipe, évidemment!

 

Et sous les jupes des filles, quoi de neuf ? Paris 2016 © Gérard LAURENT

 

 

Street Art : Alo! Alo quoi!

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

C’est un drôle de nom et ça tombe bien car ce sont de drôles d’affiches que Alo colle aux coins des rues et des refends.

Rien à voir avec Nabila, bien entendu, mais la tentation était trop forte. Une fois que le vilain jeu de mot est commmis, on est bien soulagé et on peut passer à autre chose.
Bref Alo est un artiste de rue italien qui vit et travaille à Londres, mais que je soupçonne de hanter régulièrement le marais parisien. La preuve avec ces petites affiches, petites par rapport à ses oeuvres plus monumentales vues en Angleterre et qu’on peut voir ici.

 

Mais chez nous? Voici, voili, voilà:

 

Alo #1

Alo #2

Alo #3

Alo #4

 

Un petit coup de mou, ce matin?

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Sans aller jusqu’au désespoir extrême de Labévue de Chez Jules en face, il peut y avoir des matins où votre moral ne va pas fort.

Courage! et si le paysage vous semble bouché par la benne à ordures, dites vous bien qu’elle peut aussi emporter dans ses flancs les déchets de la ville et de l’histoire. On ne sait jamais.

Dublin, 2016

 

Dublin 2016 ©gérard LAURENT

LouiseBrooks theme byThemocracy