Le noir est une couleur urbaine – gelerie Joel Knafo – 29 mai au 13 juin

le-noir-est-une-couleur-urbaine-artiste-ouvrier-denning-levalet-mesnager-misstic

 

Exposition collective du 29 mai au 13 juin avec la participation de : Miss. Tic – Jérôme Mesnager – Guy Denning – Artiste Ouvrier – Levalet

Joel Knafo Art Gallery
146 bd VIncent Auriol
Pariso
07 81 61 21 57

http://joelknafo-art.com/
 

Le Street art et Charlie, la Mémoire des murs : le livre

Blood Marianne - Sada

 

Un petit appel pour soutenir la parution du livre Le Street art et Charlie, La Mémoire des murs, hommage des artistes urbains à Charlie et à toutes les victimes des 7-8-9 janvier 2015. C’est un livre d’art, mais surtout un témoignage fort contre l’oubli et la résignation.

 

« Là où artistes et anonymes avaient voulu poser un mémorial, quelques semaines plus tard, il ne reste rien. Les collages se déchirent, les mots sont effacés, les peintures recouvertes par d’autres peintures…

Ce livre entend raviver notre mémoire, il rassemble des textes d’artistes et des photographies d’œuvres urbaines prises par quelques passionnés et par les artistes eux-mêmes. Il rend ainsi hommage aux victimes, il témoigne aussi des valeurs qui, en réaction à ces attentats, ont réuni des millions de personnes dans la rue. »

Le street art et Charlie – La mémoire des murs :

A soutenir sur KissKissBankBank : http://www.kisskissbankbank.com/le-street-art-et-charlie-la-memoire-des-murs avant le 10 juillet

Philippe Hérard, Belleville, Paris

Today’s picture : Les pêcheurs

Trop d’eau pour une bonne pêche? Peut-être…

 

Les pêcheurs - Arbois

Judith et Holopherne au musée Jacquemart-André : Alberto Longhi – de Giotto à Caravage –> 20 juillet 2015

C’est à un voyage hors du commun que nous convie le Musée Jacquemart-André  avec l’exposition Alberto Longhi – de Giotto à Caravage qui « nous invite à découvrir, à travers une sélection des oeuvres de sa collection et quelques autres prêts exceptionnels, l’éventail des passions de Roberto Longhi, du chatoiement des primitifs italiens au saisissant clair-obscur des plus grands caravagesques. »

N’hésitez pas à passer sur vos oreilles le casque de la visite commentée, puisqu’aussi bien l’éclairage de ces merveilles vaut tout autant par le regard qu’on leur porte que par celui de ce grand historien de l’art que fut Longhi et de leur confrontation.

Je vous ai mis de côté deux oeuvres qui traitent, avec tant d’autres et après le Caravage, de l’épisode fameux de « Judith décapitant Holopherne« , traité ici par Battista del Moro et par Carlo Saraceni.

Judith avec la tête d'Holopherne - battista del Moro - circa 1550

Judith avec la tête d’Holopherne – battista del Moro – circa 1550

Judith avec la tête d'Holopherne - Carlo Saraceni - circa 1618

Judith avec la tête d’Holopherne – Carlo Saraceni – circa 1618

Musée Jacquemart-André
158, boulevard Haussmann
75008 PARIS
Tel. : + 33 (0)1 45 62 11 59
www.musee-jacquemart-andre.com

Prendre le soleil à sa fenêtre

C’est ce que permet le printemps et le street art. Et cette petite affiche nous rappelle fort à propos le plaisir qu’on peut y prendre. Pas vous?

Fenêtre sur cour ou sur rue ?

Fenêtre sur cour ou sur rue ?

Alors, envie de changer de cravate?

Je ne sais pas si vous avez bien regardé la petite pub d’avril du calendrier d’Aubade, mais le débat fait rage entre les partisans et les opposants du port de la cravate. Un avis? Huuum? Moi, je dis ça, je dis rien… (Curieuse cette expression-valise, non?)

Les trésors cachés du mobilier urbain

Quand les nettoyeurs des tags et autres graffitis de la ville arrachent les affiches qui recouvrent le mobilier urbain, il peut arriver qu ‘ils mettent à jour des trésors oubliés. Au métro Saint Paul, le décapage d’ une armoire électrique à ainsi mis au jour une très ancienne peinture. Le portrait bénéficie d’un sursis. Une gueule d’art brut qui me plaît assez.
Métro Saint Paul.

Art brut métro Saint Paul

Never Mind The Belote – Soutenez le projet sur KKBB

Un petit appel à soutenir sur Kiss Kiss Bank Bank un projet réunissant plusieurs artistes urbains  tout en profitant de l’occasion pour devenir l’heureux propriétaire d’un jeu de cartes tout à fait original et entièrement fabriqué au ciseau à bois et à ‘huile de coude.

Projet :

Ce sont des As du pochoir, des Rois de la découpe, des Reines de la peinture, et des Valets mais pas du capital qui se sont réunis pour créer ce jeu de collection, une belote qui met a l’honneur les artistes de toute la France avec les sudistes pour les PIQUE : BTOY – de Barcelone- RNST, NO NAME STENCIL, ALIAS IPIN, DIRE:

 

webkisspique-1424964841

 

Mais aussi la WCA pour les COEURS avec AYE CHERIE – de Chandigarh, INDE- St ANTOINE, ARTISTE OUVRIER, OBI HOOD et ADEY – de Caen Normandie:

 

webkisscoeur-1424964898

 

A TREFLE nous avons SANETWO – de CAEN- , MIMI The Clown – de Lille- PIOC PPC, BEN SPIZZ – PARIS- et PURE EVIL, qui nous vient de LONDRES:

 

webkisstrefle-1424964921

 

Enfin a CARREAU, une belle equipe composee de NORULES Corp., TIAN – LE MANS-, ERNESTO NOVO – de NIce-, ORE et LE DIAMANTAIRE:

 

webkisscarreau-1424964948

Pour les dos de cartes nous avons JANA ET JS – WCA Autriche- et trois beaux Joker Parisiens avec CODEX URBANUS, SPRAY YARPS et SE BD:

 

webkissjoker-1424965050

 

Toutes les boites contenant le jeu seront customisées à la main et numérotées. Les jeux seront ensuite repartis entre les artistes qui en disposeront à leur guise lors de leurs expositions ou performances, offrant ainsi au public la possibilité de repartir avec une oeuvre accessible.

Attention il y aura très peu de lieux de diffusion a proprement dit! NEVER MIND The BELOTE est avant tout un objet de collection destine a creer des liens entre les artistes et les collectionneurs.

Le Lavomatik 20 Bd General Jean Simon Paris 13e sera le seul lieu officiel, BEN SPIZZ qui est a la tête de cette librairie galerie étant aussi un des participant au projet.

Pour 20€ rendez possible l impression en haute définition chez CARTA MUNDI et vous recevrez un exemplaire unique! Frais d’envoi inclus.

Si vous le souhaitez vous pouvez commander plusieurs exemplaires et accélérer le processus!

Une fois édité, NEVER MIND The BELOTE deviendra rare et il sera difficile de se le procurer.

 

NOUS COMPTONS SUR VOTRE SOUTIEN!  SOUSCRIRE ICI

50 ans d’art urbain à Paris au Crédit Municipal de Paris jusqu’au 6 juin

50 ans d'art urbain à Paris

 

C’est vraiment une magnifique exposition, la première dit-on qui essaie de montrer un panorama de l’art des rues depuis le début des années 1980.

 

Je vous ai mis de côté quelques photos pour vous donner envie.

 

50 ans d'art urbain à Paris au Crédit Municipal    Mosko & Associés - Sans titre - 2013 - Bombe aérosol et pochoir sur toile    Dominique Larrivaz - Vach Foll - 1990 - Acrylique sur carton   Jean Faucheur - Gazireine - 1986 - Acrylique sur toile     Jérôme Mesnager - Sans titre - 2006   Miss. Tic - J'enfile l'art mur - encre aérosol sur toile et bois   Thom Thom - Ethnik art (numéro 1) 2010 - affiches découpées et marouflées   Jana & Js - - 2010 - Bombe aérosol sur palissade en bois   Artiste Ouvrier - Sans titre - 2013 - bombe aérosol, toile roulée

C’est au Crédit Municipal

55 rue des Francs Bourgeois Paris 4ème

C’est gratuit vous ne serez donc pas obligé de mettre le collier de la grand tante en gage, et c’est jusqu’au 13 juin 2015.

Quant aux horaires, ils sont somptueux: lundi au vendredi de 9 à 18 h et le samedi de 9h à 17h

 

Le Pont Saint Michel en 1780

C’est une drôle de question qu’on ne se pose presque jamais :  » A quoi pouvait bien ressembler le pont Saint Michel avant la Révolution?  »

La réponse pourrait bien trôner dans un couloir réservé du musée Carnavalet, un musée que j’aime et qui regorge de merveilles. Ce prestigieux établissement possède tant de pépites qu’on en découvre dans les moindres recoins. Qu’on se rassure, ils sont dûment répertoriés dans le Catalogue interministériel des Dépôts d’Oeuvres d’Art de l’Etat, le CDOA, aimablement renommé en ADOC, une base qu’on peut d’ailleurs consulter librement.

Reprenons. Je cheminais donc l’autre jour dans le musée Carnavalet et tombai en arrêt devant ce tableau :

Vue du Pont Saint-Michel en 1780 par Joseph François Désiré THIERRY- 1833 (Musée Carnavalet)

Avec l’esprit d’escalier qui paraît-il fait tout mon charme (euh… les avis semblent cependant partagés à ce sujet) j’oubliais tout à fait d’en demander le sujet précis et l’auteur. Il s’agissait d’une vue de la Seine, de Paris, d’un pont mais quel pont et de quel peintre? Mystère. Quant à l’année, mystère également. Les maisons sur le pont indiquaient clairement qu’il s’agissait d’une vue antérieure à 1788, date de leur destruction, mais encore…?

Alors comment faire?

Voici la petite méthode que j’ai utilisée : après avoir recadré la photo pour n’en garder que le tableau, je la postai dans la recherche d’images de Google et examinai les résultats : en image la mienne était absolument seule en son genre. Mais en page web, elle semblait pointer sur une page du Catalogue interministériel des Dépôts d’Oeuvres d’Art de l’Etat et m’en donnait le titre et l’auteur : « Vue du Pont Saint-Michel à Paris, 1780″, datée de 1833 par « Thierry, Joseph François Désiré ».

Curieux, j’essayais alors de procéder à la recherche inverse en me connectant sur la fameuse base et en cherchant à renseigner quelques champs du formulaire pour retomber sur mon fameux tableau. Peine perdue. Il semble bien que ces recherches demandent une précision et une connaissance détaillée de ce qu’on recherche pour aboutir. Faudrait-il alors en passer par Google une fois de plus pour aboutir?

Je renouvelais donc l’expérience dans Google, non plus à partir de ma photo, mais en saisissant simplement dans le champ de recherche: « cdoa vue du pont saint Michel ». La réponse fut immédiate et on sait tout sur cette oeuvre, son auteur, sa date d’exécution, sa localisation, sa date d’acquisition etc.

Etonnant, non?

Peut-être aussi étonnant que le sentiment qui nous saisit à la vue de ce tableau: le lieu peint ici nous est aussi étranger que s’il avait été peint sur une autre planète.

 

LouiseBrooks theme byThemocracy