Blog

Les pochoirs d’Artiste Ouvrier rue Amelot

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Ils sont toujours là, rue Amelot, les deux magnifiques pochoirs d’Artiste Ouvrier, hommages au peintre Caillebotte et au musicien Thelonious Monk.

La rue est un musée permanent, ouvert et gratuit. profitons-en!

 

Artiste Ouvrier - Pochoir en hommage au peintre Caillebotte

 

Artiste Ouvrier - Pochoir en hommage au musicien Thelonious Monk

 

Une petite vidéo pour savoir ce qu’il faut faire en premier

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Une baleine s’est échouée quai de la Tournelle

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Un beau matin, les parisiens se sont frottés les yeux, pensant avoir mal vu: une baleine s’était échouée sur les pavés du quai, ou plus exactement du Port de la Tournelle.

Sapristi, que nous arrive-t-il et comment ce cétacé a-t-il bien pu remonter toute la Seine et sauter jusque sur le quai  pour finir sa vie au pied de Sainte Geneviève, laquelle Geneviève n’a même  pas daigné se retourner? Ainsi soliloquaient quelques parisiens badauds qui finirent par s’attrouper autour de l’animal. Le Captain Cap n’en est toujours pas revenu.  Jugez plutôt :

 

Une baleine s'est échouée quai de la Tournelle

 

En fait il s’agissait d’une initiative du collectif Captain Boomer qui échoue sa baleine sur les plages et d’autres lieux et pour l’occasion la Mairie de paris pour rappeler aux hommes que nous sommes que quelque chose ne va plus sur notre bonne vieille terre et que nous en verrons bien d’autres que cette baleine si nous ne redressons pas le tir. Bien vu, non?

Graffitis du jour à Montmartre

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Rue Drevet Paris 18e

Rue Drevet Paris 18e

Derain, Balthus, Giacometti – Musée d’Art Moderne – jusqu’au 29 octobre 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Que faire à paris au mois d’Août? L’exposition qui illustre l’amitié entre Derain, l’aîné, Balthus et Giacometti répond pleinement à cette question.

Musée d’Art Moderne du 2 juin au 29 octobre 2017
11, av. du Président Wilson
75116 Paris
+ 33 (0)1 53 67 40 00

 

Derain, la Nièce du peintre 1931

Today’s picture : Jean-Louis à la Guinguette de la Mouff

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Jean-Louis et la Guinguette de la Mouff

Arles 2017 – Annie Leibovitz – The Early Years, 1970-1983

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Annie Leibovitz, the Early Years, 1970-1983. Grande Halle, Parc des Ateliers, jusqu’au 24 septembre 2017. Ouvert tous les jours, de 10 h à 19h30.

Annie Leibovitz – Avec 2500 photos exposées cette année aux Ateliers d’Arles – la période de 1970 à1983, il y aura sans doute l’année prochaine une seconde séance – on est à la fois intéressé, séduit, et puis aussi un peu étourdi par cette abondance.

Et quelquefois, le découragement vous saisit, comme il peut saisir tout photographe lorsqu’il cherche dans sa boite ou sur son écran quelle photo il retiendra finalement d’une journée de travail, d’une période, d’un événement, celle qui fait sens, pas forcément la plus belle, la mieux exposée, la plus explicite, mais celle qui lui fait dire c’est celle là que je veux montrer.

Là elles y sont toutes, peut-être, en tout cas beaucoup, et c’est au visiteur de se confronter à ce travail, d’autant plus éprouvant qu’il n’est pas l’auteur des milliers d’instants capturés et alignés, punaisés méthodiquement sur de grands panneaux, d’autant plus aussi que son temps lui est compté, celui de la visite alors qu’il faudrait des jours et des jours d’exploration, de découverte, de mise en rapport, de commentaires, de recherches.

Alors, j’ai baissé les armes et j’ai fait comme ce visiteur, je me suis assis, découragé peut-être, incapable de maîtriser ce que je voyais, inquiet de mon impuissance.

 

Arles 2017 - Annie Leibovitz, the Early Years, 1970-1983

 

21 bonnes raisons d’aller voir Mémoire et Lumière – Photographie japonaise 1950-2000 – Mep –> 27/08/2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

MÉMOIRE ET LUMIÈRE
PHOTOGRAPHIE JAPONAISE, 1950-2000
LA DONATION DAI NIPPON PRINTING CO., LTD.

Maison Européenne de la Photographie
5/7 rue de Fourcy, 75004 Paris

EXPOSITION
DU 28/06/2017 AU 27/08/2017
NIVEAUX +3, +2, +1, O

 

Shoji Ueda, Portrait sur les dunes, vers 1950 © Shoji Ueda Office. Collection MEP, Paris. Don de la société Dai Nippon Printing Co., Ltd.

 

Oui, 21 bonnes raisons d’aller voir cette formidable exposition, les 21 photographes mis à l’honneur, et pas pour deux ou trois images chacun, mais avec chaque fois un large échantillon puisé dans les collections de la donation  Dai Nippon Printing Co., Ltd. à la Maison Européenne de la Photographie:

Nobuyoshi Araki, Masahisa Fukase, Seiichi Furuya, Naoya Hatakeyama, Hiro, Eikoh Hosoe, Yasuhiro Ishimoto, Miyako Ishiuchi, Ihei Kimura, Taiji Matsue, Ryuji Miyamoto, Yasumasa Morimura, Daido Moriyama, Ikko Narahara, Toshio Shibata, Hiroshi Sugimoto, Keiichi Tahara, Hiromi Tsuchida, Shomei Tomatsu, Shoji Ueda et Hiroshi Yamazaki.

Première réflexion, ces photographes pourtant si divers tant par le style que les sujets abordés, offrent une unité troublante. Est-ce leur recherche constante et obstinée de l’humanité? Peut-être. Sans doute même.

Seconde remarque, on ne trouve ici aucune forfanterie. Les photos sont là, montrant ce que leur titre explique, ni plus, ni moins.  A aucun moment on ne sent de désir de « faire le malin », comme il arrive parfois.

Bon, vous l’avez compris, je suis sorti ravi de cette exposition et je compte bien y retourner avant sa fermeture (28 août).

Pour regarder plus en détail, par exemple, les photos de Ryuji Miyamoto, pour sa série sur Kobe et les effets du tremblement de terre qui détruisit la ville en 1995.

 

Ryuji Miyamoto Kobe, après le tremblement de terre, 1995 © Ryuji Miyamoto. Collection MEP, Paris. Don de la société Dai Nippon Printing Co., Ltd.

 

ou encore  Seiichi Furuya  et les portraits  hypnotiques et inlassables qu’il prit de son épouse depuis leur mariage, puis sa maladie (schizophrénie) et son suicide 7 ans plus tard.

 

 Seiichi Furuya - Memoires 2005 - Collection MEP, Paris. Don de la société Dai Nippon Printing Co., Ltd.

 

ou aussi celles de Eikoh Hosoe pour sa série « Man and Woman »

 

 

Et quelques autres : Naoya Hatakeyama, Hiromi tsochida, Shomei Tomatsu ou Daido Miriyama

 

Mep - exposition memoire et lumière photographie - Naoya Hatakeyama - Rivers Series 1993

 

Mep - exposition memoire et lumière photographie - Hiromi Tsuchida

 

Mep - exposition memoire et lumière photographie - Shomei Tomatsu

 

Mep - exposition memoire et lumière photographie - Daido Miriyama

 

Maison Européenne de la Photographie
5/7 rue de Fourcy, 75004 Paris
01 44 78 75 00 – www.mep-fr.org
M° Saint-Paul (ligne 1) ou Pont Marie (ligne 7)

Ouvert du mercredi au dimanche de 11h à 20h

Today’s picture : Passage Jouffroy

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Passage Jouffroy#1

A quoi reconnaît-on un vervet bleu?

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Après avoir obtenu la réponse à cette délicieuse question, une jeune femme du groupe s’est exclamée « Et bien ça nous change »

Nous sommes plusieurs, dont le Captain Cap bien sûr, à nous interroger sur cette réflexion. Pas vous?

 

Digne représentant de l'espèce vervet bleu (Parc de Chobe - Botswana)

 

Plus d’informations sur cette question ici

LouiseBrooks theme byThemocracy