Street Art

Petits pochoirs passage des Abbesses

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

J’adore vraiment ce passage qui donne par une arcade  sur la rue des Abbesses. Les artistes de rue aussi, visiblement.

 

Narvaloconnection

 

 

Enjoy!

Gregos réussira-t-il à s’échapper.

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

C’est toute la question. Et baillonné en plus?

 

Gregos derrière les barreaux

Street Art : Alo! Alo quoi!

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

C’est un drôle de nom et ça tombe bien car ce sont de drôles d’affiches que Alo colle aux coins des rues et des refends.

Rien à voir avec Nabila, bien entendu, mais la tentation était trop forte. Une fois que le vilain jeu de mot est commmis, on est bien soulagé et on peut passer à autre chose.
Bref Alo est un artiste de rue italien qui vit et travaille à Londres, mais que je soupçonne de hanter régulièrement le marais parisien. La preuve avec ces petites affiches, petites par rapport à ses oeuvres plus monumentales vues en Angleterre et qu’on peut voir ici.

 

Mais chez nous? Voici, voili, voilà:

 

Alo #1

Alo #2

Alo #3

Alo #4

 

L’essence est-elle dangereuse?

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Ce petit pochoir, magnifique, soit-dit en passant, voudrait nous le faire croire.

Posé sur un mur de Nicosie (côté nord) il fait peut-être référence aux inquiétudes nées de la découverte de ressources gazières et pétrolières dans les eaux de l’île. Je ne sais pas et mes recherches pour tenter de traduire le texte sont restées vaines.

 

Chypre du nord - Nicosie - pochoir - street art

Vieux chinois

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

En se promenant dans les rues du marais, on découvre parfois des chefs d’oeuvre, comme cette affiche que je vous laisse découvrir. Je n’en connais pas l’auteur

 

Le vieux chinois du marais

Naissance du monde urbaine

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Certains graffitis mériteraient de figurer dans les annales du genre, comme cette naissance du monde urbaine, judicieusement placée autour d’une fissure d’un mur et égayée d’une toison végétale du plus bel effet.

Je m’interroge encore sur la signification, ou son absence, pour les dents de la herse et l’anti-vol…

 

naissance du monde urbaine

Street Art : Guate Mao rue Quincampoix

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Tiens ce matin je suis de bonne humeur alors je vous offre ce très joli pochoir déniché rue Quincampoix.
Guate Mao est un spécialiste du portrait et s’il vous fait penser à C215, moi aussi, mais cela n’enlève rien ni à C215 ni à Guate Mao.
Bref j’aime beaucoup.

Guate Mao - portrait

 

A retrouver sur Facebook

https://fr-fr.facebook.com/GuateMao/

Miss.Tic et Francky Boy : PANAME

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

wp-1463681857933.png

Du 27 mai au 15 juin 2016
Miss.Tic & Francky Boy
PANAME
Galerie  Berthéas
25 rue des Tournelles
Paris 4ème

Le Passage des Gravilliers : un Passage Pas Sage avec UnSolub

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Coincé entre la rue Chapon et la rue des Gravilliers, ce petit passage du troisième arrondissement présente la particularité d’abriter au moins trois galeries et une agence de création, ce qui en fait un haut lieu de l’art malgré sa modeste longueur, une cinquantaine de mètres.

Et quand il s’est agit de donner à ce passage une identité visuelle, le choix s’est porté sur UnSolub, un artiste de rue (mais-pas-que!).

Il faut aller admirer ces fresques qui décorent les rideaux métalliques et les façades. On y entrevoit des arbres magiques, des escaliers entrelacés à la Reutersvärd et qui ne mènent pas forcément quelque part, et des hommes volants sur de drôles de machines aux ailes démesurées. Rêverie assurée. (Prévoir deux visites : une en dehors des heures ouvrables pour admirer les rideaux baissés, et une autre pour profiter des galeries)

 

UnSolub, le site : http://www.unsolub.com/

Le Passage Pas Sage , le site : http://www.passage-pas-sage.com/index.html

 

Le tango impossible ou quand le street art illustre notre quotidien

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Je crois bien avoir reconnu dans ce graffiti magistral la patte de Philippe Hérard.

Ce qui m’a frappé de façon certaine, par contre, c’est l’extrême actualité du sujet. Vous n’avez pas l’impression que ces deux là, enchassés dans l’embrasure de cette porte si étroite, rêveraient de bien faire, de courir dans la prairie ensoleillée qui se trouve peut-être simplement derrière le battant? oui, oui… mais voilà, ils sont bien trop occupés à se disputer la place, à se disputer on ne sait quelle vérité ridicule et sans aucun intérêt… Bref, ils ne sont pas tirés d’affaire, hein? Un peu comme nous d’ailleurs.

 

Coincés dans la porte (Philippe Hérard?)

LouiseBrooks theme byThemocracy