Théâtre

Tout Offenbach ou presque! au Théâtre de Paris

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

 

Vraiment une pièce qui vous rendra votre bonne humeur. Et quelle joie de fredonner avec les artistes les airs connus et de jubiler en voyant entrer sur scène le Roi Barbu qui s’avance… Le spectacle va à 100 à l’heure, on s’exclame de plaisir devant les trouvailles de mise en scène et le décousu des enchaînements. Un pur moment de délectation.

Un grand moment.

 

Auteur : Alain Sachs

Résumé : Après le triomphe de La Vie Parisienne, Alain Sachs nous propose de retrouver la troupe au complet pour une traversée ébouriffante de toute l’œuvre d’Offenbach. Afin d’abord et avant tout de réveler d’incroyables pépites injustement méconnues, sans oublier bien-sûr les airs incontournables inscrits dans nos mémoires. Tout ceci à travers une nouvelle intrigue aussi moderne que surprenante pour permettre à ces 13 artistes à la fois comédiens, chanteurs, danseurs et musiciens de nous révéler leurs fabuleux talents….

 

Réserver :  Le Théâtre de Paris

Du mardi au samedi à 21h00
Samedi 16h30
15 rue Blanche 75009

 

Les Jeunes- pièce de David Lescot au théâtre des Abbesses du 8 au 21 nov 2012

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Une création de David Lescot avec Bagheera Poulin dont j’aime le jeu et l’âme ainsi qu’avec Alexandra Castellon, Catherine Matisse, Martin Selze et Marion Varstaeten au Théâtre des Abbesses du 8 au 21 novembre 2012

Spectaculaires : allez voir à quoi ressembleront vos sorties cette saison les 22 et 23 septembre Bassin de la Villette

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

J’y avais passé, bras dessus bras dessous avec le cap’taine Cap une après midi tout à fait charmante l’année dernière, discuté beaucoup, et acheté à prix réduit quelques places pour des spectacles dont je me souviens encore avec émotion.

Il semble que la météo soit au beau fixe, alors pourquoi ne pas aller vous balader sur les bords des quais de Loire et de Seine pour chiner comme à une brocante vos petits plaisir culturels et divertissants de l’année qui vient. Il n’y a, après tout, pas de mal à se faire du bien.

Tous renseignements pratiques ici : http://evenement.spectaculaire.com/index.php/vitrine/pratique

Sunderland, une bouffée d’air frais dans le petit monde du théâtre

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Si vous êtes comme moi, un peu fatigué des comédies calées sur la vie quotidienne, vos difficultés à taper pomme Q sur votre mac ou vos angoisses de ne plus avoir autant de followers que votre copine, laissez tomber ces petites pièces sans sujet et foncez voir Sunderland au Petit Théâtre de Paris.

Pas d’angoisse, Sunderland c’est une comédie.
Pas d’inquiétude, c’est aussi un drame, d’un réalisme et d’une grande violence, où se côtoient la misère, même sexuelle, l’alcool, la connerie des supporters anglais pour leur équipe de football, ouf, on a eu peur, nos supporters à nous ne sont même pas nommés, la détresse d’une adolescente qui a assisté à la pendaison de sa mère quand elle avait deux ans et la menace qui plane sur elle d’un internement où des grands connards de médecins adminstratifs lui administreront, justement, de quoi dormir toute la journée, histoire que la société dorme elle aussi, du sommeil de celui qui a remis de l’ordre dans ses papiers.
Mais on y découvre aussi le dévouement à la vie à la mort de Sally prête à tout pour sauver sa petite soeur, et le dévouement tout aussi démesuré de sa copine, prête à tout pour que le quotidien ne sombre pas tout à fait dans la misère, quitte à faire des fellations homériques par téléphone, ou à a se donner corps mais pas âme pour sauver sa copine…

Bien sûr, on pense aussitôt à Ken Loach, mais le théâtre est vraiment quelque chose d’unique quand les acteurs sont épatants, le décor impeccable et l’intrigue menée tambour battant, sans larmoiement intempestif mais au contraire avec hargne et une énergie vitale sans pareille.

Bref, cette pièce m’a plu et je vous la recommande. Et le Capitaine Cap est bien d’accord avec moi, c’est même lui qui avait pris les billets sur les conseils d’un vertain Yves que je salue (private joke).

C’est au Petit Théâtre de Paris
15, rue Blanche
75009 Paris

Pour réserver, c’est ici http://www.theatredeparis.com/index.asp?id=28

SUNDERLAND Auteur : Clement KOCH ; mise en scene, Stéphane HILLEL, Assisté de Chloé Simoneau ; Décor : Jacques VOIZOT ; Musique : François PEYRONY ; Lumieres: Laurent BEAL ; Costumes : Cécile MAGNAN au PETIT THEATRE DE PARIS a partir du 15 septembre 2011.
Avec : Constance Dolle, Elodie Navarre, Léopoldine Serre, Vincent Deniard, Vincent Nemeth, Thierry Desroses et Pascale Mariani.

La photo de l’article est de Pascal Berger/ArtComArt, à retrouver avec d’autres sur la page http://www.facebook.com/pages/SUNDERLAND-au-Petit-Theatre-de-Paris/285778484770469

Point Ephémère : Programmation de fin octobre et novembre 2010

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone


Muzo du 9 au 21 novembre

agenda

musique
Mercredi 27 octobre : Blank Dogs + Frank (Just Frank)
Vendredi 29 octobre : Club Folamour : Twin Shadow + Veronica Falls + The Terror Pigeon Dance Revolt + Dj’s
Vendredi 29 octobre : Poyz’N’Pirlz
Samedi 30 octobre : Soirée Domino
Mardi 2 novembre : NLF3 + Heliogabale
Jeudi 4 novembre : Troy Von Balthazar
Vendredi 5 novembre : Festival Musiques Volantes : Beak> + The Oscillation
Samedi 6 novembre : Cocosuma + Splash Wave
Jeudi 11 novembre : The Hundred in The Hands + Kyp Malon (Tv On The Radio) + Her Magic Wand
Vendredi 12 novembre : In Famous Carousel – « Dansez maintenant » : Evan Roth & Ben Engebreth + LucyandBart + Urssonate + Dj Terre Thaemiltz + Dj Daito Manabe + Dj L ?K ?O
Lundi 15 novembre : Turner Cody
Mardi 16 novembre : The Wedding Present + Ganglians
Mercredi 17 novembre : Busdriver + Blake Worrell (The Puppetmastaz)
Jeudi 18 novembre : Born Bad présente Ty Segall + Jack of Heart + Feeling of Love
Vendredi 19 novembre : Sleigh Bells + The Knocks
Mardi 23 novembre : Wavves + The Smith Westerns
Mercredi 24 novembre : Teenage Fanclub
Lundi 29 novembre : Gruff Rhys
Mardi 30 novembre : Women + DD/MM/YYYY

rencontres
Samedi 13 novembre : Tanaber
Dimanche 21 novembre : Goûter d’Ecoute Arte Radio
Jeudi 25 novembre : Soirée Multitudes : Gouines Rouges, Viragos vertes
Mardi 30 novembre : Rencontre Mouvement

arts visuels
Du 9 au 21 novembre : Exposition Muzo / vernissage mardi 9 novembre à partir de 18h30
Mardi 9 novembre : « Creuser, grandir, danser et se réveiller »

SPECTACLE VIVANT
Mardi 2 novembre : Jam
Les 29, 30 octobre et les 5 et 6 novembre : Anomalies et Perspectives, épisode 4, Cécile Saint-Paul
Vendredi 26 et samedi 27 novembre : Compagnie Keatbeck – Showtime, Folks!

Tous les détails sur le site ici http://www.pointephemere.org/newsletter/NOVEMBRE/NOVEMBRE.htm

« Les Naufragés du Fol Espoir » du Théâtre du Soleil

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Envie d’un spectacle différent? Envie de retrouver un peu de théâtre populaire qu’on dit moribond? Essayez alors d’avoir une place (pour septembre maintenant) pour le spectacle du Théâtre du Soleil, la Compagnie dirigée par Ariane Mnouchkine: « Les Naufragés du Fol Espoir ».

Sur le Site de la Compagnie, on peut y lire ses excuses pour le succès formidable de cette fête du théâtre: plus de places.
Alors on y annonce aussi les dates de la reprise des représentations à Paris, du 15 septembre au 31 décembre 2010, car jusqu’à fin juin, c’est complet.

Et vraiment, c’est formidable, impossible à décrire, plus de 3 heures et demi d’immersion dans une pièce qui raconte et montre et vous happe dans le tournage d’un naufrage, le tout sombrant dans l’embrasement de la première guerre mondiale…

La mort de Jaurès, les utopies de Jules Verne, la folie des nationalismes, la cupidité, le colonialisme… Vous ne manquerez pas de sujets de réflexion dont tous, m’a-t-il semblé, restent plus que jamais d’actualité, au contraire. Et le tout avec une jubilation qui fait que le théâtre, quand il atteint cette ampleur, reste un événement irremplaçable.

http://www.theatre-du-soleil.fr/thsol/index.php

Une diva à Sarcelles au théâtre de la Huchette

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

La Huchette, c’est un petit miracle. Une rue minuscule, envahie par des touristes en rang serrés en mal de kebabs et de tee shirts avec tout eiffel, et un théâtre encore plus minuscule que la rue, le théâtre de la Huchette, spécialiste des pièces à l’affiche qu’on n’arrive plus à en retirer.

On y joue deux pièces de Ionesco depuis cinquante ans, et pas de retrait en vue, c’est dire.
C’est comme ça qu’une drôle de pièce y a posé ses valises, la Diva de Sarcelles de Virginie Lemoine.

Virginie Lemoine, vous la connaissez, c’était la complice de Laurent Gerra cher Ruquiez et la maman au grand coeur de Famille d’accueil. Mais une carrière ne se limite pas à quelques balises, aussi telévisuelles et réussies soient-elles.

Avec Une Diva à Sarcelles, Viginie Lemoine a décidé de nous faire rire, de nous émouvoir et de nous épater avec un petit bijou d’humour et d’humanité. Un rire intelligent et tendre, ça nous change.

Pierrette Michon, alias Petra Michkolskaia, chanteuse d’opéra un peu beaucoup ratée, au moins autant que sa vie, égrène dans son logement miteux de Sarcelles, souvenirs et représentations improvisées pour un public imaginaire, nous, et son concierge amoureux, tout en revivant ses souvenirs improbables et ses triomphes minables mais magnifiés.

L’alcool, la télécommande et le pianiste, le concierge, les envolées stridentes font le reste et on se prend très vite à aimer cette femme déjantée, cassée par ses rêves de gloire inaccessibles, rêvés plus que vécus et à jamais enterrés sous la pioche des casseurs d’espoir et ranimés par une folie salvatrice qui la maintient en vie. On n’en finirait pas de se demander ce qui est plus réel que la réalité quand celle ci est moche alors que tant d’autres réalités sont superbes et magnifiques.

La Diva est incarnée, il n’y a pas d’autre mot, par la formidable Brigitte Faure, qui entonne les morceaux de bravoure du répertoire lyrique comme on entame des rangs de tricot.

Et comme le théâtre n’est pas bien grand, les colliers et les cheveux en tremblent jusqu’au dernier rang. Avec cette castafiore de banlieue, on n’a qu’à bien se tenir.

Bref, il faut absolument aller voir et écouter cette diva là.

Pour vous mettre l’eau à la bouche, extraits et interviews :

Je ne sais pas du tout combien de temps ce spectacle tiendra à la Huchette, mais tentez le coup, cela en vaut vraiment la peine.

Théâtre de La Huchette – 23 rue de La Huchette, 75005 PARIS – tel: 01 43 26 38 99 – fax: 01 40 51 75 34

LouiseBrooks theme byThemocracy