YellowKorner Photo Award – Et si vous participiez au concours?


Pour la première fois, l’éditeur de photographie d’art aux 100 galeries dans le monde organise le YellowKorner Photo Award, concours exceptionnel sur les réseaux sociaux pour dénicher de nouveaux talents photographiques !
 
Le concours est ouvert dès ce mardi 1er octobre et ce jusqu’au 15 octobre 2019. Le gagnant se verra intégré au catalogue YellowKorner et aura le privilège d’être exposé en galerie.
YellowKorner Photo Award - Et si vous participiez au concours?
Pour participer, rien de plus simple : il suffit d’envoyer une photographie par mail à YellowKorner ; puis leur sélection s’opère en 3 temps :
– Du 15 au 20 octobre : Les 50 meilleures photographies reçues sont sélectionnées par le jury
– Le 20 octobre : Partage d’un album sur la page Facebook @YellowKornerFrench avec les photos sélectionnées invitant les internautes à liker leur photo favorite
– Début novembre : Les 25 photos les plus likées sont retenues par le comité de sélection
– Mi Novembre : Le jury sélectionne sa photographie favorite et annonce le lauréat du YellowKorner Photo Award.
 
Le jury est composé de 4 grands photographes : Olivier Lavielle, Franck Bohbot, Juliette Jourdain et Laurent Baheux.

Voici les conditions de participation :

Envoyez votre photographie par mail avant le 15/10/2019 à l’adresse ykphotoaward@yellowkorner.fr

ATTENTION ! Vous devez être l’auteur de la photo et celle-ci doit répondre aux règles de Facebook (pas de contenu présentant de la violence, nudité, etc.). Votre photographie devra au minimum faire 4 MO.

A vous de jouer!


Back Side – Dos à la Mode – Musée Bourdelle


Back Side – Dos à la Mode
Exposition du 5 juillet au 17 novembre 2019
18 rue Antoine Bourdelle – 75015 Paris (carte)
Du mardi au dimanche de 10h à 18h.

Une expo qui offre un regard inédit sur les oeuvres de Bourdelle, en présentant une savante mise en scène de ses sculptures, de vêtements créés par les plus grands noms de la haute Couture et de photos de jean loup Sieff. Ou comment évoquer notre dos, musculeux et masculin pour le sculpteur, féminin et divinement mis en valeur par les couturiers et le photographe. Une délicieuse promenade esthétique et sensuelle (Oui, Mireille Darc y sera évoquée, rassurez-vous…)
Le dos qu’on regarde, qu’on oublie, qu’on fait ployer sous les charges, qu’on dénude, qu’on marque ou qu’on entrave, ces dos là nous suivent constamment.


Expos d’été à la Mep : A dark Thread (Henry Wessel) – Fil Noir (collection Mep)


Henry Wessel : A Dark Thread
Fil Noir – collection de la Mep
Maison Européenne de la Photographie
Exposition du 5 juin au 28 août 2018
Maison Européenne de la Photographie (site)

 5/7 rue de Fourcy Paris 4e (carte)
expositions : Ouvert du mercredi au dimanche de 11 à 20h

Les rendez-vous réguliers pour les nouvelles expos de la Mep sont devenues des incontournables. Nous en avons retenu deux pour cet été.

Henry Wessel

« L’exposition  met en lumière trois séries.
À l’instar d’un story-board, Incidents suit l’ordre précis constitué par Henry Wessel, selon un procédé de correspondances visuelles qui lui était cher.
Sunset Park rassemble des prises de vue nocturnes, invitant à une plongée dans l’ambiance mystérieuse des nuits californiennes.
Enfin, toujours en suivant un jeu de rapprochements visuels, Henry Wessel avait commencé, avant son décès en septembre 2018, à reconstituer avec les équipes de la MEP la troisième série de l’exposition : A Dark Thread, présentée sous cette forme pour la première fois.
Son univers unique et mystérieux se retrouve dans l’ensemble des ses images, comme un « fil noir » les liant les unes aux autres. »

C’est une oeuvre assez singulière qui nous est présentée ici, photos quotidiennes, mais qui feront stationner longtemps devant chacune les amoureux des grosses voitures, des étendues désertiques et des nuits forcément singulières passées dans les motels . Difficile de nous désintoxiquer de cet imaginaire là!

Fil Noir (collection Mep)

Henry Wessel aimait réunir des photos proches par leur esthétique ou leur discours et les afficher au long d’un « fil noir »

C’est  ce qui a présidé à ce projet formidable de sortir des riches archives  de la Mep des « photos liées » pour nous proposer des ébauches d’histoires qui nous plongent chaque fois dans un univers particulier.

Parfois, un photographe tient le discours seul, parfois ils sont plusieurs à participer à l’énoncé dans un cadavre exquis photographique passionnant.

Noir aussi, le roman n’est jamais loin de ces ébauches, tout comme le polar ou le fait divers, la ville et ses rues pleines d’encre, ses bars interlopes, ses visages à la serpe au son de notes de jazz résonnant dans  la nuit.

L’occasion de retrouver des  photographes illustres, et réunis pour l’occasion, Brassaï, Doisneau, Weegee, kertesz, Sabine Weiss, Robert Franck, Larry Clark, ….

 


Ellen von Unwerth photographie la femme pour Wolford


Voilà une bonne nouvelle pour la photographie et pour Wolford qui a fait appel à Ellen Von Unwerth (j’adore cette photographe) pour sa campagne Printemps/été 2019.

Le communiqué: «  La célèbre marque autrichienne prend un virage à 180° avec cette collection Printemps/été 2019, incarnant un nouvel esprit plus jeune et « fashionable » grâce au talent de la célèbre photographe
allemande. »

On retrouve déjà quelques unes de ces photos sur le site de Wolford ici.

Il est toujours intéressant de voir comment texte et image sont associés pour illustrer un article de mode avec une intention.
Les amateurs auront remarqué aussi que certaines photos sont directement inspirées de travaux personnels de la photographe comme « Guilty pleasures » par exemple.

 


Mon beau cerisier


De l’art des oiseaux de déguster les cerises.

Les moineaux et les merles sont les plus délicats : ils dégagent soigneusement la pulpe sur le fruit et ne laissent que le noyau encore fixé sur la branche.

Les perruches sont les plus habiles : elles cueillent la cerise avec précaution  et la dégustent avec élégance.

Les pigeons sont les plus maladroits et destructeurs : ils secouent la cerise et trois fois sur quatre la font tomber dans l’herbe. Aucun oiseau ne mange les fruits tombés à terre… Quel gachis!

 


Today’s picture : joueurs de cartes à Sorrente


Il y a une ville d’Italie qui traîne dans mes rêves.

Chaque fois que je regarde cette photo j’éprouve un furieux désir de retourner à Sorrente, pour voir si ce lieu existe encore, ouvert à tous, insolite et magique, et si les joueurs de cartes s’y réunissent encore chaque soir, quand la fraîcheur de la nuit prochaine apporte l’apaisement.

Juste pour voir …  Et pour refaire la photo, encore.