Une diva à Sarcelles au théâtre de la Huchette


La Huchette, c’est un petit miracle. Une rue minuscule, envahie par des touristes en rang serrés en mal de kebabs et de tee shirts avec tout eiffel, et un théâtre encore plus minuscule que la rue, le théâtre de la Huchette, spécialiste des pièces à l’affiche qu’on n’arrive plus à en retirer.

On y joue deux pièces de Ionesco depuis cinquante ans, et pas de retrait en vue, c’est dire.
C’est comme ça qu’une drôle de pièce y a posé ses valises, la Diva de Sarcelles de Virginie Lemoine.

Virginie Lemoine, vous la connaissez, c’était la complice de Laurent Gerra cher Ruquiez et la maman au grand coeur de Famille d’accueil. Mais une carrière ne se limite pas à quelques balises, aussi telévisuelles et réussies soient-elles.

Avec Une Diva à Sarcelles, Viginie Lemoine a décidé de nous faire rire, de nous émouvoir et de nous épater avec un petit bijou d’humour et d’humanité. Un rire intelligent et tendre, ça nous change.

Pierrette Michon, alias Petra Michkolskaia, chanteuse d’opéra un peu beaucoup ratée, au moins autant que sa vie, égrène dans son logement miteux de Sarcelles, souvenirs et représentations improvisées pour un public imaginaire, nous, et son concierge amoureux, tout en revivant ses souvenirs improbables et ses triomphes minables mais magnifiés.

L’alcool, la télécommande et le pianiste, le concierge, les envolées stridentes font le reste et on se prend très vite à aimer cette femme déjantée, cassée par ses rêves de gloire inaccessibles, rêvés plus que vécus et à jamais enterrés sous la pioche des casseurs d’espoir et ranimés par une folie salvatrice qui la maintient en vie. On n’en finirait pas de se demander ce qui est plus réel que la réalité quand celle ci est moche alors que tant d’autres réalités sont superbes et magnifiques.

La Diva est incarnée, il n’y a pas d’autre mot, par la formidable Brigitte Faure, qui entonne les morceaux de bravoure du répertoire lyrique comme on entame des rangs de tricot.

Et comme le théâtre n’est pas bien grand, les colliers et les cheveux en tremblent jusqu’au dernier rang. Avec cette castafiore de banlieue, on n’a qu’à bien se tenir.

Bref, il faut absolument aller voir et écouter cette diva là.

Pour vous mettre l’eau à la bouche, extraits et interviews :

Je ne sais pas du tout combien de temps ce spectacle tiendra à la Huchette, mais tentez le coup, cela en vaut vraiment la peine.

Théâtre de La Huchette – 23 rue de La Huchette, 75005 PARIS – tel: 01 43 26 38 99 – fax: 01 40 51 75 34