Retour la Panse de l'Ours  Venise:un peu d'histoire   

  Venise pratique
Menu
géographie
géo
Histoire
histoire

monuments
Aller à venise en avion, en train, à pieds (non, là c'est une blague, quoique!...)
vols
Se loger à venise
hôtels
Manger à Venise
restos
Calendrier des festivités
agenda
Photos et petites images
photos
Météo
météo
Plans, cartes et repères
cartes
Liens et autres sites
liens
Moteur de recherche
search
 

 

  • Avant Rome et son incontournable paix romaine, la région de Venise était occupée par les inévitables ancètres de l'Oncle Tom. Enfin une certitude que les révisionnistes ne pourront pas contester!

  •  Les Romains, au 3ème siècle av JC mirent fin à cette superbe indépendance et fondèrent Vérone. Venise, à cette époque, n'était qu'une misérable île, sans doute inhabitée. Quelques pêcheurs devaient y venir de temps en temps, mais rien de plus.

C'est au 5ème siècle après JC que les habitants de la région, pour fuir les invasions des Goths et les visées d'un certain Attila, se réfugièrent sur les îles de la lagune, dont Torcello, Burano et Malamocco.

Il faudra attendre l'an 810 et les assauts de Pépin, l'un des fils de Charlemagne, pour que la Cité prenne conscience de son unité et s'installe sur une île moins accessible encore, au centre de la lagune, en un lieu appelé "Rivo Alto", qui donnera "Ri'Alto", puis Rialto. Venise restera indépendante pendant près de dix siècles.

  • Le premier doge, Orso Ipato, est élu dès 726. Très vite, la jeune République s'organise et entend jouer un rôle majeur entre Rome et Byzance. Sa position maritime très particulière, son gouvernement d'une étonnante modernité, sa farouche indépendance, sa volonté acharnée d'asseoir sa suprématie commerciale, tout va concourir à favoriser sa réussite.

 

  • L'expansion de Venise fut à peu près ininterrompue jusqu'à la fin du 15ème siècle: conquête de la Côte Dalmate, lutte victorieuse contre sa rivale, Gènes, conquète ou intégration terrestre de ce qu'on pourrait appeler l'arrière pays (Trévise, Vérone, Padoue, etc...). Et comment ne pas évoquer la rocambolesque affaire de la quatrième croisade?

 

  • En 1204, Venise loue ses embarcations pour transporter la 4ème croisade. Pour paiement, elle demande et obtient la prise de Constantinople, la moitié du butin et de nombreux établissements en méditerranée orientale. C'est le 39ème doge, Enrico Dandolo, âgé de 85 ans et aveugle, qui mena à bien cette étonnante négociation et participa lui même aux combats.

 

  • Bien sûr, quand tout va bien, il y a une forte probabilité que cela finisse par aller moins bien.

C'est ce qui va arriver à Venise. Le déclin sera lent, insensible, ponctué de longues périodes de stabilité, jusqu'à la chute brutale, causée par un petit général français sans scrupules.

Résumons:

En 1453, Constantinople tombe aux mains des mulsulmans et en 1492, un certain Christophe Colomb débarque en Amérique.

La chute de Constantinople ouvre la méditerranée aux Turcs: leur poussée sera continue: Chypre, Crête, ils grecques, villes côtières... Peu à peu, Venise va perdre ses comptoirs, sa sécurité.

Zoom : 16 septembre 1669, les Turcs prennent Candie (clic)

Quant à l'Amérique, sa découverte va détourner une part très importante du commerce mondial vers l'Atlantique. Or Venise est avant tout une ville de commerçants.

Ce lent déclin semblera ne pas affecter la prestigieuse cité: sa splendeur reste sans égale, les palais s'élèvent, élégants, racés; les fêtes se succèdent, folles et inouies. Jusqu'au bout, hypnotisée par son propre éclat, Venise va aussi éblouir le monde.

Et pourtant, en 1797, un petit général du nom de Bonaparte fait tonner son canon sur la cité. La ville se rend et la République de Venise, par un vote à la quasi unanimité, prononce sa dissolution. Le petit général, ne sachant que faire de sa conquête, la cède très vite à l'Autriche.

Triste fin qui n'est pas sans évoquer les lendemains de carnaval, ceux où, la tête un peu lourde, les masques contemplent les restes de leurs enivrantes débauches, avant de rentrer dans le rang de l'anonymat. Ils s'éloignent alors, toujours magnifiques, mais sachant bien que la fête, cette fois, est terminée.

  

 

    Retour à la page d'accueil de Venise       Retour à la Panse de l'Ours    Retour la Panse de l'Ours