Photo

Photo : Marcel Bovis – A hauteur de PARIS chez la Martinière

Raymond Depardon, cité dans ce petit livre, à beau dire ” Il faudrait peut-être cesser de voir Paris comme un livre d’images”, c’est avec un plaisir gourmand que j’ai feuilleté celui édité par les éditions de la Martinière, Marcel BOVIS A hauteur de PARIS.

Près de 70 photographies noir et blanc qui racontent la capitale entre les années 1930 et 1970, illustrées de textes d’écrivains, Duras, Queneau, Green… car ici, ce sont les textes qui servent les photos plutôt que l’inverse.

Et Wolly Ronis avait bien raison de prétendre que le mariage texte-photos était le seul qui vaille.

Une occasion donc de découvrir ce photographe un peu méconnu et de retrouver des coins de Paris à travers ses photos soignées, très souvent prises la nuit, et de se dire tiens cela n’ a guère changé ou, au contraire, de soupeser avec nostalgie le temps qui file entre nos doigts agités.

Mort en 1997, il avait fait don de son oeuvre à l’Etat en 1991. Une rétrospective avait été organisée au palais de Tokyo en 1991, mais ce petit livre est aujourd’hui le bienvenu.

Editions de la Martinière
A hauteur de PARIS
Date de publication : 12/05/2011
142 pages
14,00 €

  

Today’s Picture : je traverse ou je ne traverse pas???

Today’s Picture : Mettre les voiles

Le soleil brille, l’asphalte devient brulant sous vos semelles fatiguées? Ne serait-ce pas le moment de mettre les voiles?

Photo : Grégor Podgosrski nous convie à une petite fête…

m4s0n501

Et en ces temps troublés, qui ne partagerait cette envie de fête des sens?

Gérald Bloncourt : Peuples de Gauches – Un livre et une expo galerie Marges

 

  
Vous connaissez ma tendresse pour ce photographe-écrivain-poète,peintre… on n’en finirait plus d’ajouter des talents au bout des traits d’union.

Aussi, est-ce avec un grand plaisir que je vous convie à une exposition de ses photos engagées et à la signature de son livre PEUPLES de GAUCHE – 1972-1982

Une seconde exposition à la galerie Marges après celle trrès remarquée de gérard Lavalette! Un lieu à inscrire dans nos tablettes.

La Galerie MARGES (Paris 11e) présente
« PEUPLES DE GAUCHE »
Exposition de 30 photographies de Gérald Bloncourt du 20 mai au 20 juin 2011

10 Mai 1981 : il y a 30 ans, la Gauche accède au pouvoir. Victoire du « Peuple de gauche » ou étape décisive d’une évolution où le peuple de gauche, cessant d’être le monde ouvrier, s’est dissout dans la mutation d’une société industrielle en société de services, où le Parti socialiste est devenu le parti des classes moyennes.
Gérald Bloncourt, né en Haïti en 1926 – expulsé vers la France en 1946 – livre son regard sur les années 70, à l’occasion de la parution de son livre de photos « Peuples de Gauche, 1972 – 1982 » chez François Bourin Editeur, introduit par un texte d’Edgar Morin : « Les redresseurs d’espérance ».
Pour Gérald Bloncourt, photographe engagé de toutes les luttes sociales depuis les années 50, cette décennie 70 est « pleine de contrastes et d’ambiguïté » par rapport au schéma simple de « la lutte des classes qui l’avait porté depuis sa jeunesse ».
« D’un côté, les luttes des femmes pour l’avortement, le Larzac, les Lip, le Chili, l’aspiration à l’autogestion, les manifestations antinucléaires.
De l’autre, la montée du chômage, les grands plans sociaux dans la sidérurgie, les mines, Usinor, Longwy… Le début de la liquidation des grandes concentrations ouvrières et d’une certaine culture ouvrière. »

Vernissage de l’exposition et signature du livre le 20 mai 2011 à partir de 18h30
Galerie MARGES . 3 rue Jules Vallès. Paris 11e
Ouverture tous les jours de 15h à 19h sauf dimanche et lundi
Contacts :
François Benedetti. Galerie Marges.
François.benedetti@laposte.net 09 81 97 74 57 – 06 62 35 19 68

http://bloncourt.over-blog.net/

Le photographe Stéphane C. – They Never Adopted The Name For Themselves

J’avais rencontré Stéphane C. lors de son exposition à la galerie du 59 Rivoli.
J’avais beaucoup aimé ses tirages en noir et blanc.

Il nous propose un montage sonore de son univers photographique très fort et entêtant:
They Never Adopted The Name For Themselves

(Click pour interrompre, click click pour plein écran, escape pour revenir)

Superbe, vraiment.

A retrouver sur le site de Stéphane C.
PHOTOGRAPHE
www.stephane-c.net

Exposition TOKYO-e Au BAL du 20 mai AU 21 août 2011

Trois figures de la photographie japonaise :

KEIZO KITAJIMA

YUKICHI WATABE

YUTAKA TAKANASHI

Le BAL
6, impasse de la Défense
75018 Paris
Métro Place de Clichy
www.le-bal.fr

mercredi/vendredi 12H-20H
samedi 11H-20H
dimanche 11H-19H
nocturne le jeudi jusqu’à 22H
Fermé lundi et mardi

Longchamp – Qu’attend Audrey Marnay sur son banc?

J’aime beaucoup ce modèle, Audrey Marnay, que j’avais remarquée il y a quelques années dans une série proposée par le Bon Marché, le seul magasin, avec les Galeries Lafayette, évidemment, a avoir su se fabriquer une identité visuelle. J’y reviendrai un jour.

Aussi, quand j’ai vu cette petite pub délicieuse de Longchamp, je n’ai pas résisté à l’envie de vous en faire profiter.

Ce qu’il faut de préciosité, de légère mélancolie et de luxe discret… Superbe. Il faut dire que le photographe est Patrick Demarchelier.

Cerise sur le gateau, le site de la marque propose un making of des séance de prise de vue (oui, oui on dit aussi shooting, mais bon!). Cela pourra peut-être calmer vos envies de transformer votre salon en studio, votre vieil halogène risque fort de ne pas faire l’affaire et votre voisin du dessous ne pas apprécier vos vélléités nautiques, ou alors déclencher une vraie vocation, qui sait?

Dans l’intimité des frères Caillebotte – Musée Jacquemart-André jusqu’au 11 juillet 2011

Après avoir dégusté l’exposition de pochoirs d’Artiste Ouvrier, dont quelques uns sont directement inspirés de Gustave Caillebotte, le peintre, pas le photographe, je ne pouvais pas manquer cette exposition familiale au musée Jacquemart-André puisqu’elle expose en vis-a-vis les oeuvres du peintre, Gustave donc, aux tirages du photographe Martial Caillebotte.

Bon, je n’irai pas par quatre chemins, c’est le peintre qui tient le haut du pavé de cette agréable promenade dans un monde qui semblait alors très moderne et nous semble aujourd’hui délicieusement désuet. Il faut dire que Gustave et Martial n’avaient rien de redoutables révolutionnaires ni d’iconoclastes et qu’ils assumaient très bien leur statut d’héritiers un peu désoeuvrés à la vie bien remplie de passions et de prétentions artistiques, avec souvent un vrai bonheur.

Les petites photos de Martial illustrent et expliquent les toiles de Gustave et nous permettent de comprendre un peu cette époque vue du bon côté de la lorgnette. et si on ne verra pas les Rabotteurs, l’oeuvre la plus connue de Gustave Caillebotte, les travailleurs qu’on y croise sont de rudes gaillards souriants occupés à canoter sur des cours d’eau ombragés et le Paris de l’époque nous est surtout présenté depuis les balcons haussmanniens des boulevards ou depuis les quais d’une gare qu’on devine point de départ à de joyeuses excursions vers les plages à la mode de Normandie.

De quoi nous faire réfléchir, peut-être, au souvenir attendri que nos descendants garderont de notre époque et à son savoir vivre. C’est dire!

Ah, un petit conseil, téléchargez la visite sur votre mp3, au lieu de vous balader avec cet affreux téléphone qui crachote qu’on vous remet à l’entrée, vos oreilles et vos voisins vous en remercieront.

Ouvert tous les jours de 10h à 18h.
Nocturne tous les lundis jusqu’à 21h30.
Le Café Jacquemart-André est ouvert de 11h45 à 17h30 et le dimanche de 11h à 15h.
La Librairie-boutique culturelle est ouverte aux horaires du Musée, y compris le dimanche.

Musée Jacquemart-André
158, boulevard Haussmann – 75008 PARIS
Tel. : + 33 (0)1 45 62 11 59
www.musee-jacquemart-andre.com

Concours de Livres Photos : « Photography Book Now » jusqu’au 14 juillet 2011

Blurb, l’éditeur de livres photos, organise Photography Book Now, un concours international qui célèbre pour la 4ème année consécutive les livres photos les plus créatifs et les plus novateurs.

Ceux-ci doivent être soumis avant le 14 juillet 2011 minuit, à l’adresse www.photographybooknow.com.

Trois catégories professionnelles sont proposées : Fine Art, Documentary, Travel, et pour la première fois, le concours propose également de récompenser les jeunes photographes en herbe dans une catégorie « photographe étudiant ».

Un jury prestigieux (présidé par Darius Himes, accompagné notamment de Steve McCurry de l’agence Magnum) déterminera le grand gagnant qui remportera un prix d’une valeur de 25 000$. Les gagnants des 4 catégories remporteront chacun l’équivalent de 5 000$ et verront leurs travaux rejoindre les collections permanentes de grandes galeries.

Un petit coup d’oeil sur l’édition 2010?

http://www.blurb.com/books/1986089

Pour tout renseignement, inscription, règlement, c’est ici:
http://photographybooknow.blurb.com/rules

Le site du concours :
http://photographybooknow.blurb.com/

LouiseBrooks theme byThemocracy