Cuba et La Havane

  
Retour  à
la Panse  de l'Ours
  

[Cuba] [histoire] [géographie] [photos] [pratique]

 

 Histoire de Cuba : la domination espagnole
1492 - 1898
 

expedia moteur hôtels

 

 [avant les européens] [la domination espagnole] [la domination des usa] [la révolution castriste]  

En 1492, une catastrophe survint à Cuba: sa découverte par Christophe Colomb.

Les indiens se la coulaient douce sur leur île, les espagnols s'employèrent à leur faire rattrapper le temps perdu.

On estime à environ cent mille le nombre d'indigènes qui vivaient sur Cubanascan, nom indien qui servit à donner son nom à l'île de Cuba.

En cinq ans de massacres et de travail dans les mines, leur nombre se réduisit à moins d'un millier. Belle performance!

Les espagnols s'alarmèrent, pas du tout du génocide ainsi perpétré ni de ses conséquences sur leur propre destinée quand ils devraient expliquer leur comportement à saint pierre aux portes du paradis, mais, plus prosaïquement, du manque de travailleurs. Heureusement, l'Afrique était là : potentats noirs, royaumes et tribus arabes, grands spécialistes de l'esclavage, ne demandèrent pas mieux que d'enseigner aux européens ses vertus. Les européens apprirent très vite et donnèrent à la chose une ampleur à la mesure de leur esprit d'entreprise. Tout ce petit monde s'employa donc à repeupler Cuba en puisant dans les réserves humaines de l'actuel Nigéria et du Bénin.

Mais les réserves d'or ou de cuivre de Cuba furent vite épuisées. L'île revint donc à sa destinée première : l'agriculture. Au moins, avec le soleil, la pluie, la terre et une bonne main d'oeuvre, on peut envisager l'avenir. On planta donc du tabac et de la canne à sucre et ont eut donc besoin de davantage d'esclaves: heureusement, ceux-ci se reproduisent bien en captivité et on pouvait aussi en faire venir de nouveaux.

Parallèlement, Cuba présentait aussi un autre atout : le formidable port naturel de la havane, capable d'abrîter des flottes entières des tempêtes et des pirates.

On assista donc à de grands rassemblements de navires qui prirent l'habitude de traverser l'atlantique en convois sous l'escorte de navires militaires. Soldatesque, marins, marchandises enrichirent la havane et la ville se développa rapidement, tandis que le reste de l'île resta confinée à la production agricole.

Dernier coup de chance pour Cuba: la révolte des esclaves sur l'île de Haïti, sous la conduite de Toussaint Louverture. Haïti, plongée dans le chaos, vit ses plantations de canne à sucre et ses installations entièrement détruites et perdit ainsi durablement son emprise sur le commerce du sucre qu'elle dominait jusque là. Cuba prit tout naturellement sa place. En 1860, on comptait plus de deux mille pressoirs sur l'île.

Au début du dix-neuvième siècle, la population cubaine avait déjà à peu près sa physionomie définitive : des espagnols aux commandes et retranchés à la Havane, mais centralisant le commerce et les profit; des créoles, descendants des immigrants espagnols, propriétaires des domaines agricoles; des métis, issus des esclaves noirs et des créoles; et des noirs. Longtemps les créoles crurent que leur origine leur réserverait un statut à part vis à vis de leur métropole d'origine. Ils déchantèrent peu à peu, jusqu'à prendre la tête de la révolte.

La première guerre d'indépendance : 1868-1878 - C'est un propriétaire terrien cubain, Carlos Manuel de Céspedes, qui engagea la lutte contre les espagnols. La lutte dura dix ans et un certains nombre de réformes furnt arrchéees de haute lutte. Peu à peu, l'espagne finit par supprimer ou annuler ce qu'elle avait accordée la veille.

La seconde guerre d'indépendance :1895-1898. Initiée par José Marti, exilé aux Etats Unis et qui trouva la mort aussitôt rentré à Cuba. Les Etats Unis entrèrent dans la danse après le naufrage du navire Le Maine, coulé dans la rade de Cuba. Une sombre histoire. Les Etats Unis aiment bien entrer en guerre après un désastre naval...

Bref, l'espagne rendit Cuba aux Cubains en 1898 et les Etats Unis y installèrent immédiatement un gouvernement militaire.

 

Suite

 


[La Panse de l'Ours] [Weblog] [Pubs] [Photos de Tom] [A penser] [Graffitis] [Miss Tic] [Nemo] [Venise] [Mali] [Notre-Dame] [ParisCool]

Ecrire à la Panse de l'Ours