Cuba et La Havane

  
Retour  à
la Panse  de l'Ours
  

[Cuba] [histoire] [géographie] [photos] [pratique]

 

 Histoire de Cuba : indépendance, domination des usa et corrupution 1898 - 1956  

 

 

[avant les européens] [la domination espagnole] [la domination des usa] [la révolution castriste]  

Le titre est un peu provocateur, mais il faut bien appeler les chose par leur nom.

Les Etats Unis ont eu vis à vis de Cuba une attitude constante : aider tous les mouvements de libération et prendre leur place, directement ou en s'abritant derrière des prête-noms.

On peut dire qu'aujourd'hui, ils attendent avec (im?)patience la fin du régime castriste, en soumettant l'île à un blocus qui affame la population et la prive du minimum vital, comme pour la punir de ne pas chasser ceux qui l'ont libérée de Batista, qui ont nationalisé les mines, les puits de pétrole, l'industrie du tabac, mis les enfants dans les écoles, et redonné au pays sa dignité.

Mais reprenons les choses dans l'ordre:

Dès leur création, les Etats Unis ont toujous considéré Cuba comme faisant "naturellement" partie de leur sphère d'influence, et même comme partie intégrante de l'Union. Il n'y avait qu'à attendre, pensaient les plus modérés. Mais on le sait bien, parfois, des impatients prennent la place des patients, ce qui vaudra à Cuba quelques épisodes parfois folkloriques, parfois franchement drôles de son existence insulaire.

Après le retrait de l'espagne en 1898, auquel ils avaient activement participé, les Etats Unis mirent en place un gouvernement militaire et l'indépendance de Cuba fur proclamée en 1902 en même temps que la république.

Un certain Pratt, Hitchcock Pratt, sénateur de son état, intervint alors dans la rédaction de la constitution et y fit adjoindre un amendement fameux qui porte son nom. Cet amendement stipulait que les Etats Unis étaient en droit d'intervenir militairement à Cuba, pouvaient également y installer à demeure deux bases militaires (Guantanamo est toujours en service, merci) et auraient avec l'île des avantages douaniers réciproques dont on imagine assez bien à qui ils allaient profiter.

Ensuite, il suffisait de laisser la jeune démocratie s'enliser dans les élections truquées, les coups d'état militaires et les interventions officielles ou occultes.

Après pas mal de péripéties, un dénommé Fulgencio Batista y Zaldívar, soutenu par les Usa, prit le pouvoir en 1934, un an après l'élection du libéral Ramón Grau San Martín. La guerre de 40 lui permit d'être élu, mais Ramón Grau San Martín gagna les éléctions de 1944.

Batista s'exila aux Etats Unis d'où il revint en 1952, pour un nouveau coup d'état. Cette fois, il s'organisa rapidement : dictature, militaires partout, capitaux américains en contrôle direct de l'économie, corruption généralisée.

Ce fut l'époque de la belle vie à La havane. Casinos, hôtels somptueux, cadillacs, gansters et jolies filles. Misère noire pour les ouvriers dans les exploitations minières, les usines et ne parlons pas des paysans. Le terrain était prêt pour une nouvelle révolte puisque tout espoir d'éléctions démocratiques avait été soigneusement écarté...

>>... la révolution castriste

 


[La Panse de l'Ours] [Weblog] [Pubs] [Photos de Tom] [A penser] [Graffitis] [Miss Tic] [Nemo] [Venise] [Mali] [Notre-Dame] [ParisCool]

Ecrire à la Panse de l'Ours