Lou Doillon expose ses photos « UNITED GENERATIONS » galerie W – du 27 mai au 27 juin 2010


Lou Doillon Lou Doillon

Equipée de deux appareils Lomos, (prudente?) Lou Doillon, qui a de qui tenir, s’est fondue dans le décor de Disneyland pendant deux jours pour en rapporter des images… « acidulées » ce qui est bien le moins pour une virée au royaume des enfants.

EXPOSITION A LA GALERIE W
44 rue Lepic Paris 18
du 27 mai au 27 juin 2010


Le cinéma d’Ellen Von Unwerth au Bon Marché jusqu’au 19 juin 2010



© Ellen von Unwerth

Si comme moi vous aimez prendre le métro, vous n’avez pas pu rater cette affiche annonçant l’exposition de photographies d’Ellen von Unwerth montrant Vincent Cassel mordant à belles dents le mollet certanement délicieux de Monica Belluci.

Disons le tout net, ce n’est pas ma photo préférée et cette exposition nous en propose beaucoup d’autres, magnifiques, moins attendues et magnifiques.

Et si comme moi vous aimez Ellen von Unwerth, allez admirer cette expo magnifiquement mise en scène au deuxième étage du magasin du 24 rue de Sèvres.

Vous y verrez des photographies tournant autour des grands et petits noms du septième art et beaucoup de merveilles, en grand format mais avec raison et sans que leur qualité en souffre au contraire.

  

Et pour les vrais amateurs, ce petit lien où vous pourrez voir et consulter tout, absolument tout sur Ellen von Unwerth:

http://home.frognet.net/~mcfadden/evu/Ellen_von_Unwerth.htm

Tiens, rien que pour ce petit cadeau, je devrais être décoré, moi…

Exposition Ellen Von Unwerth
Ellen’Cinema du 6 mai jusqu’au 19 juin
Le Bon marché
24 rue de Sèvres dans le 7e
Verrière du 2ème étage


« Willy Ronis, une poétique de l’engagement » à la Monnaie de Paris jusqu’au 22 août 2010


Ce petit signet juste pour le plaisir de vous rappeler de ne pas manquer cette exposition.
Mais je suis bien certain que vous irez vous régaler, c’est le mot, comme on fait de friandises, tant les photos de Ronis sont délicieuses et méritent chacune d’être longuement regardées, comme on garde les bonbons sous la langue pour mieux en extraire les saveurs.
Laquelle choisir, pour illustrer cette invitation au bonheur? Allez, et même si elle semble un peu à part dans cette exposition consacrée à sa vie engagée, celle très connue du Nu Provençal, dont il a tant de fois raconté l’histoire.


Willy Ronis, Le Nu provençal, Gordes (Vaucluse), 1949
Tirage argentique 40 x 30 cm
Ministère de la culture et de la communication, Médiathèque
de l’architecture et du patrimoine.
Photo Willy RONIS © Ministère de la culture et de la
communication & Stéphane Kovalsky / dist. Agence Raph

En 1949, il était à l’étage de cette petite maison, un ancien moulin, qu’il avait acheté à Gordes avec sa compagne Marianne, en train de faire du plâtre quand il s’aperçut qu’il lui manquait une truelle. En descendant l’escalier qui passait par la chambre, il tombe sur Marianne qui venait de se réveiller de sa sieste et qui « s’ébrouait » dans la cuvette. Enchanté par la scène, il lui demande de ne pas bouger, saisit son rolleiflex sur un buffet voisin et prend 4 clichés qu’il oublie aussitôt, 4 photos parmi d’autres… La destinée et le succès de cette photo ne cessera pas de le surprendre.
Et nous de nous enchanter.

C’est du 16 avril au 22 août 2010.
Monnaie de Paris, 11 Quai de Conti, Paris 6e
Ouvert du mardi au dimanche – 11h/19h.
Nocturne le jeudi jusqu’à 21h30.
Fermé le lundi et le 1er mai.


Reza – Expo photo sur les quais de la station Luxembourg… Dommage…


Ah oui, quel dommage. C’aurait pu être une exposition magnifique, quand on connaît un peu les photos magiques de ce grand photographe.
Mais voilà, la scénographie qui nous est proposée casse un peu l’enthousiasme.
Quelques gigantesques panneaux qu’on ne peut admirer que du quai opposé, et donc d’un peu loin : parce que de près, vu la taille de l’agrandissement, on ne voit strictement rien, sauf la trame colorée.

Et pour se rattraper, des tirages aux dimensions plus raisonnables mais pour la plupart déportés en hauteur, pour permettre de lire les textes d’accompagement, si bien qu’on ne peut admirer les photos qu’en se reculant… jusqu’à manquer tomber sur les voies.

Illustration qui vous fera comprendre ma désillusion :

Si vous voulez visiter cette exposition au calme, et dans de bonnes conditions, allez plutôt sur le site http://www.destinscroises.org/, site officiel de Reza où vous pourrez admirer les clichés et lire les textes qui les accompagnent.

Dommage dommage. D’autant qu’on est à deux pas des grilles du jardin du Luxembourg où nous avions pu admirer beaucoup de ces photos en 2003 dans des conditions idéales.


Francis Campiglia et le courant alternatif



Le photographe Francis Campiglia a suivi entre 1980 et 1995 les protagonistes de ce qu’on a coutume d’appeler le courant alternatif.

Les plus jeunes ne savent peut-être pas très bien ce que ce mot recouvre, mais quand ils sauront que sous ce terme on trouvait des groupes comme Les Garçons Bouchers, Les Béruriers, La Mano Nagra, ou encore Les Négresses Vertes, Babylone Fighter, Les Endimanchés, Les Chihuahua, les 10 Petits Indiens, les Heritiers, ou les Casse pieds, je suis certain que la mémoire leur reviendra, même s’ils étaient peut-être trop jeunes pour les avoir applaudi dans leurs concerts.

C’est l’époque où les vinyls commencaient à pâlir devant la gloire naissante des cd et où l’accordéon se mit à fréquenter l’underground. Bref, une époque qui en annonçait d’autres.

Francis Campiglia les a suivi pendant plus de dix ans avec son appareil en bataille et il a réuni sur son site environ 70 photos prises sur le vif, en concert et à côté.

De belles photographies, en noir et blanc, pour se souvenir ou découvrir et faire découvrir.

Francis Campiglia :

. Le Blog : http://www.parisrevu.fr/chroniques/
. La Photothèque ParisRevu : http://www.parisrevu.fr
. D’autres photos : http://franciscampiglia.darqroom.fr/

Et les plus attentifs auront peut-être reconnu sur la photo des Garçons Bouchers une cour que j’ai photographié quelques années plus tard et qu’ils retrouveront sur Pariscool ici… Paris est si petit…


Le photographe François Berton et le Jazz


Passionné de musique et ami des musiciens, françois Berton est aussi, forcément, ami des gens qu’il photographie.
Et cela donne à ses images une proximité formidable.

Pour le découvrir, je vous propose deux livres qu’il vient de publier. je les ai eu en main et j’ai été vraiment bluffé par la qualité de l’impression et la fidélité de reproduction des photos, souvent le point faible de l’édition photographique. En l’occurrence, note maximale.

Le premier : FAIRE UN TROU A LA LUNE

Le livre se feuillette ici (passez en mode plein écran, c’est beaucoup mieux).

Le second : BLUES SUR SEINE : DIXIEME

Blues sur Seine par François Berton

Le livre Blues sur Seine : dixième se feuillete ici . Là encore passez en plein écran.

Et si vous avez envie d’en savoir plus sur ce photographe amoureux de la musique et du beau noir et blanc, allez visiter son site, un véritable enchantement.

http://www.berton-photos.eu/


Photographies 2009 de Gérard Laurent : Portes Ouvertes


Gérard LAURENT - Photographies 2009 - Portes Ouvertes

Comme chaque année, les ateliers d’artistes de l’Association Anvers Aux Abbesses ouvrent leurs portes.

C’est avec un grand plaisir que je vous accueillerai dans mon atelier du 8 rue la Vieuville, à deux pas de la place des Abbesses, pour vous présenter mes photos de 2009.

Vous avez pu en voir quelques unes sur ParisCool, mais il y en aura d’autres, accrochées aux murs ou présentées dans mes cartons.

Le vernissage se fera verre à la main le vendredi 13 novembre 2009 de 18 h à 21 h.

Les Portes Ouvertes se poursuivront le samedi 14 et le dimanche 15 novembre de 11 h à 20 h : une occasion unique de faire connaissance ou de se se retrouver, puisque je serai là pour vous vous accueillir.

Et ce sera aussi l’occasion aussi de (re)découvrir les 126 artistes de l’association dans les 86 ateliers qui participent cette année à ces portes ouvertes.


Gérard LAURENT – Portes Ouvertes 2008 à la Panse de l’Ours


Gérard LAURENT - Portes ouvertes 2008

Quelle aubaine, aussi, que ces portes ouvertes qui sont pour moi l’occasion de vous inviter à celles de mon atelier « La panse de l’Ours », à l’occasion des portes ouvertes des ateliers d’artistes d’Anvers aux Abbesses.

Trois jours de rencontres, histoire de vérifier si on peut entasser plus de quatre personnes dans ma tanière en continuant de respirer normalement.

N’importe, il y aura du vin blanc et des cahouettes pour le vernissage, le vendredi 14 novembre 2008 à partir de 18 heures, mais aussi les samedi 15 et dimanche novembre de 11 à 20 heures.

Et des photos bien entendu, de Paris toujours et quelques unes d’autres lieux au hasard de ma seule fantaisie…

Votre présence serait pour moi un réel plaisir.

 

La Panse de l’Ours
8 rue la Vieuville Paris 18e

 

Gérard LAURENT

 

 


Invitation Portes Ouvertes 2007 : Photos de Paris et Regards de Birmanie


Gérard LAURENT - Portes Ouvertes 2007

Chaque année, l’association des artistes d’Anvers aux Abbesses ouvre les portes de ses ateliers… C’est en novembre.

Bon, m’apostrophe le capitaine Cap, tu les ouvres ces portes ouvertes?

Il y a dans ces questions de portes ouvertes qui s’ouvrent un suspens métaphysique terrifiant.

Oui, c’est dit, j’ouvrirai les portes de mon atelier, joliment appelé La Panse de l’Ours, et dans lequel je fais des siestes mémorables quand j’y suis, et des rêveries non moins inoubliables quand je n’y suis pas.

ParisCool et ses photos urbaines seront de la partie cette année, il n’y a qu’à demander, elles sont prêtes, les nouvelles comme les anciennes. Paris est si vaste et peuplé de tant de mystères.

 

Et puis aussi, car l’actualité m’a pris la tête avec sa poigne de fer, des regards de Birmanie, dont on ne parle presque plus déjà. Ils nousinterrogent, ces visages, tout comme ils interrogent l’avenir qu’on sent bien incertain.

Je vous invite à venir en voir quelques uns, tirés et plaqués au mur. Un diaporama tournera aussi avec tous les clichés exposés et tous ceux que je n’ai pas eu la place de montrer.

Bon, je résume, ce sera du vendredi 16 au dimanche 18 novembre, à la Panse de l’Ours, 8 rue la Vieuville 75018, métro Abbesses, avec du mauvais vin blanc le vendredi 16 à partir de 18 heures et même les autres jours, pourquoi pas?

Votre présence me fera un grand plaisir.

Les Portes ouvertes, ce sont aussi plus de cent artistes et tout un parcours sur la butte montmartre et jusqu’au 9ème arrondissement. Chaque atelier arborera fièrement le drapeau de l’association et vous pouvez d’ores et déjà vous procurer la liste et les adresses ainsi qu’un plan pour une balade familiale qui vous reposera les pieds de la grève probable des transports en commun…. hu, hu, hu… Moi je viendrai en vélo.