Agenda

Philippe HERARD – ARDOISES au Cabinet d’Amateur du 6 au 21 novembre

Philippe Hérard - Expo ARDOISES au cabinet d'Amateur du 6 au 21 novembre 2014

La première fois que j’ai croisé sur les murs les personnages de ce peintre singulier, j’ai été saisi par leur terrifiante obstination à se maintenir à flot, malgré tout l’absurde de leur situation et de leur sort. Ils guettent et s’acharnent, envers et contre tout, figés dans leur étonnement et leur détermination qu’on aurait sans doute tort de moquer à défaire les embacles d’un monde qu’ils ne comprennent assurément pas.

Il faut venir au Cabinet d’Amateur pour voir les oeuvres de Philippe Hérard qui passent de l’atelier à la rue, de la rue à la galerie, passages insignifiants, leur force défiant la résistance de tous les supports, de tous les lieux.

Vernissage le jeudi 6 novembre à partie de 18 heures
Exposition jusqu’au 21 novembre 2014

Le cabinet d’Amateur
12 rue de la Forge Royale, 75011 Paris

“Philippe Hérard, peintre en l’être
Par Jean-Luc Hinsinger

Confiné dans son appartelier, attelé à la redoutable tâche de traduire l’inconfort de l’homo modernus, faisant sienne(s) les couleurs de notre bonne vieille palette terre : ocre, brique, marron brun, vert, sable orangé… Philippe Hérard est un artiste rare.

Ses « gugusses » comme il les nomme, anonymes, aux fêlures invisibles, aux postures improbables, sur une chaise bancale, une échelle de guingois, une mappemonde instable, couverte de journaux narrant le drame qui l’habite ou se débattant avec une bouée de sauvetage, à la recherche d’un équilibre, d’une place dans le monde… ce sont nos frères, nos cousins… nous ?

C’est avec une grande motivation et une force de travail impressionnante que Philippe Hérard a mis en œuvre son retour en galerie en novembre. Son appétence de créativité, ses instants de bonheur rejaillissent sur des œuvres toutes nouvelles et apprêtées pour une première sortie spectaculaire et ludique. Fraîcheur et enthousiasme, innovation et fidélité seront au rendez-vous, de quoi conforter les afficionados et faire entrer dans la ronde de nouveaux adeptes.

Gérard LAURENT : Portes Ouvertes Galerie la Panse de l’Ours du vendredi 14 au dimanche 16 novembre 2014

Portes ouvertes 2014 La Panse de l Ours

Comme chaque année, je présenterai quelques photos de saison pour les portes ouvertes des Ateliers d’Artistes d’Anvers aux Abbesses.

J’aurais pu intituler cette exposition Coule la Seine… mais un titre est une chose délicate et subtile qui demande beaucoup de réflexion et qui finit invariablement par la remise en question de l’importance du titre lui-même… Les indécis me comprendront.

Pour l’occasion, mon atelier « La Panse de l’Ours » ouvrira toute grande sa porte unique, et vous pourrez donc y vous y précipiter sans risquer de trouver porte close…

La Panse de l’Ours
8 rue la Vieuville Paris 18
Métro Abbesses

Vernissage le vendredi 14 novembre de 18h 21h
Exposition les samedi 15 et dimanche 16 novembre de 11 à 20h

A bientôt

Gérard LAURENT

Téléchargez ici l’affiche et le plan des Portes ouvertes d’Anvers aux Abbesses avec toutes les adresses des ateliers

Le site de l’association Anvers aux Abbesses

WINOGRAND dans le métro

Winogrand à la station Gare de Lyon (ligne 1)

Pas le temps d’aller au jeu de Paume voir l’expo formidable des photographies de garry Winogrand?
Vous êtes un adepte ou une victime du métro boulot dodo?

Dans ce cas, justement, le métro peut vous sauver la mise.
En effet, la Ratp profite de cet événement pour accrocher, dans 16 stations et gares de son réseau, un véritable complément au parcours proposé par le Jeu de Paume, en présentant des photographies, dont certaines exclusives, de ce photographe de rue américain.

Du 14 au 27 octobre 2014 : Avec des 4×3 mètres sur les quais, et des 2×1,50 mètres dans les couloirs des stations, aux stations Cité (ligne 4), Concorde (couloir de correspondance entre les lignes 1 et 8), Gare Montparnasse (ligne 13), Gare Saint-Lazare (ligne 12), Gare de Lyon (ligne 1), Gare de l’Est(ligne 5), Gare du Nord (ligne 4), Gare d’Austerlitz (ligne 5), Saint-Augustin (ligne 9). (voir un exemple à la gare de Lyon)

Du 14 octobre 2014 au 8 février 2015 : aux stations Bir Hakeim (sous le viaduc-L.6), Hôtel de Ville (L.1), La Chapelle (couloir de correspondance RER B-L.2), Jaurès (sous le viaduc-L.2), Saint-Denis Porte de Paris (L.13), Saint-Michel (L.4), et à la gare Luxembourg (RER B).

A noter que ces espaces sont dorénavant toujours dédiés à la photographie, et que les formats bénéficient d’une scénographie spécifique et de plus grande envergure (impression sur bâches grands formats, accrochage en hauteur…). voir l’exemple à la station Bir Hakeim.

Sympa non?

 

Winogrand à la station Bir Hakeim

 

Artiste Ouvrier : Au Bonheur des Dames galerie Nunc jusqu’au 30 octobre 2014

Artiste Ouvrier - Expo Au Plaisir des Dames - Galerie Nunc jusqu'au 30 octobre 2014

Vous connaissez ma tendresse et mon admiration pour cet artiste que je suis depuis des années.

Il nous revient avec de nouveaux pochoirs inspirés de peintures célèbres et c'est un grand plaisir que de confronter son travail avec le souvenir que nous pouvons avoir des oeuvres originales. Le pochoir les transforme et leur donne une profondeur, une incertitude mystérieuse vraiment intéressantes.

Bref c'est une exposition que je vous conseille vivement d'aller voir. La petite libraire galerie Nunc est en plus un endroit très particulier à découvrir et retenir dans son carnet d'adresses.

 

Artiste Ouvrier

Au Plaisir des Dames

Jusqu'au 30 octobre 2014

galerie Nunc
3 rue d'Arras Paris 5ème

 

 

Tryptique des Nymphes  d'après John William Waterhouse  Hylas et les six Nymphes - d'après John William Waterhouse  Artiste Ouvrier - Vanité -

Photo : Tom Arndt – les Douches La galerie –>31 oct 2014

Tom Arndt - Les Douches La Galerie - 13/09 ay 31/10/2014

 

J’adore cette galerie. Nichée dans une petite rue du 10ème , toute parée des briques des anciens établissements de bains douches, il faut sonner pour entrer et être accueilli.

L’endroit est studieux et occupé par des collaborateurs occupés à des tâches mystérieuses, mais on sent pouvoir trouver auprès de chacun l’attention et l’information nécessaires.

J’avoue que je ne connaissais pas Tom Arndt, et que je ne sais toujours pas comment on prononce ce nom là. Les photos, de taille raisonnable ce qui nous change de la tendance actuelle, ne semblent guère spectaculaires, bien sagement alignées dans leur cadre.

On s’approche et très vite on se retrouve à examiner chaque photo, à noter ici un détail, une mimique, une expression, un paysage urbain, bref on découvre un univers simple et quotidien et pourtant passionnant.

Beau noir et blanc, cadrages impeccables, les photos de Tom Arndt ne prétendent pas au sensationnel mais elles nous racontent la vie de ce coin des Etats Unis, le Minnesota, qu’on découvre à la fois banal et singulier et dont les protagonistes sont tous ces fameux “gars ou filles du coin de la rue” universels. Le photographe ne cherche pas à être méchant ni original. Il photographie son univers, l’endroit où il vit, avec attention, recherche, tranquillement et le résultat est vraiment intéressant et attachant. Quant à la photo proprement dite, elle est est un modèle d’équilibre.

 

C’est aux Douches La galerie jusqu’au 31 octobre 2014

Les Douches la Galerie
5 rue Legouvé – 75010 Paris
Tel : 01 78 94 03 00

Niki de Saint Phalle au Grand Palais jusqu’au 2 février 2015

Niki de Saint Phalle au Grand Palais 17/09 au 02/02/2015

 

Quant une artiste de l’envergure de Niki de Saint Phalle et au parcours personnel si singulier se voit exposée au Grand Palais, c’est l’occasion pour tous les commentateurs qui l’ont peu ou prou approchée, voire pas du tout, de porter sur la femme qu’elle fut des jugements définitifs et sur eux-mêmes des jugements encore plus définitifs et évidemment extrêmement favorables.  Le moi-je se redresse alors et donne raison à Niki, a posteriori. Sans doute en profiterait-elle pour rédiger une de ses fameuses  lettres de révolte.

 

Je me contenterai donc de vous conseiller de courir admirer ses oeuvres, de les aimer, d’en retirer tout le suc que vous pourrez pour vous repaître d’énergie et d’optimisme. Nul doute que ses Nanas vous y aideront comme cette Nana dansante, installée sur le port du Gros Caillou jusqu’en novembre et qui semble courir pour se jeter dans la seine et rejoindre le Grand Palais dans une nage joyeuse et triomphante.

Nana Dansante de Niki de saint Phalle

Et n’oubliez pas, à deux pas de Beaubourg, le merveilleux bassin du la place Igor Stravinsky ou ses compositions, avec celles de jean Tingueli, crachent de l’eau et du plaisir pour celui des touristes, des amoureux et des enfants.

17 Septembre 2014 – 02 Février 2015
Grand Palais, Galeries nationales
– See more at: Le site du Grand Palais

Retour d’expo – “Woof ! une exposition qui a du chien” à la galerie Sakura-Bercy-Village jusqu’au 4 novembre 2014

Woof - Exposition photo galerie Sakura/Bercy jusqu'au  4 novembre 2014

 

50 COUR SAINT-ÉMILION / 75012 PARIS
MÉTRO LIGNE 14 / COUR SAINT-ÉMILION
01 71 93 26 90 / CONTACT@GALERIE-SAKURA.COM
WWW.GALERIE-SAKURA.COM

 

C’était un vernissage très agité, joyeux et plein d’aboiements que celui de l’exposition “Woof Une exposition qui a du chien” à la galerie Sakura de Bercy Village  et les chiens petits et gros étaient les bienvenus tout comme leur maître (on attend le même vernissage avec des photos de nu (e)s).

Et il faut avouer que les chiens, en plus d’être nos meilleurs amis, sont des sujets formidables pour le photographe, tant ils nous ressemblent à moins que ce ne soit l’inverse, il y a tant de temps qu’ils nous sortent chaque jour en promenade en nous faisant croire que c’est nous qui tenons la laisse. Vous l’avez compris,  j’ai beaucoup aimé.

Les artistes exposés :
Pablo Axpe – Grace Chon – Toby Dixon – Sarah Ernhart – Sophie Gamand – Ivan Jurado – Rebecca Leimbach – Christoph Martin-Schmid – Rafal Michalek – Rinze Van Brug – Vasan Gandee – Jeremy Veach – Elke Vogelsan

 

Retrouvez-les sur le site de la galerie Sakura ici.

 

Pour ma part, j’ai choisi de vous montrer quelques images d’ambiance prises lors du vernissage. Un moment très gai où tout le monde prenait un vrai plaisir à regarder les photos et les autres invités, chiens et maîtres.

 

Woof Galerie Sakura/Bercy  Woof Galerie Sakura/Bercy  Woof Galerie Sakura/Bercy

 

Woof Galerie Sakura/Bercy  Woof Galerie Sakura/Bercy  Woof Galerie Sakura/Bercy

Dali fait le mur: 11 sept 2014 – 15 mars 2015 à l’Espace Dali

image

Ce sera l’événement de l’art de rue de la rentrée et je ne résiste pas à la tentation de vous faire lire le texte d’introduction de cette exposition et de ses à-côtés:

L’Espace Dali, Véronique Mesnager, commissaire d’exposition et les 22 artistes ont le plaisir de vous inviter à l’exposition “Dali fait le mur” qui se déroulera du 11 septembre au 15 mars 2015.
ouvert tous les jours de 10h à 18h
11 rue Poulbot – Paris 18e

Polymorphe, explosive, rebelle, déconcertante, drolatique, insolite, anticonformiste, populaire : s’agit-il de définir la démarche dalinienne ou celle du street art ?

Au-delà de la démarche artistique, ce qui rapproche ces créateurs, c’est cette façon de dévoiler le monde : provocatrice, iconoclaste et sauvage. À l’instar de Dalí, les artistes du street art ne s’imposent aucune limite dans leurs sources d’inspiration, leurs matériaux, leurs supports, leurs revendications.
Une vingtaine d’artistes urbains ont ainsi relevé le défi. En dialogue avec les oeuvres exposées à l’Espace Dalí, chacun d’eux a créé une oeuvre qui ose confronter l’univers surréaliste au vocabulaire et aux codes de l’art urbain : peinture, pochoir, dessin, lumière, son, installation.
Akiza, Artiste Ouvrier, Fred Calmets, Codex Urbanus, Hadrien Durand-Baïssas, Jadikan, Jérôme Mesnager, Les King’s Queer, Kool Koor, Kouka, Levalet, Thomas Mainardi, Manser, Nikodem, Nowart, Paella, Pioc PPC, Sack, Speedy Graphito, Valeria Attinelli, Zokatos & Keith Haring.
Commissaire de l’exposition : Véronique Mesnager

Des rencontres avec les artistes viendront rythmer de manière régulière cette exposition.

Un atelier spécifique autour du street art destiné aux enfants sera également mis en place.

Toutes les informations sur le nouveau site web de l’Espace Dali – Paris à partir du 1e septembre.

Espace Dali – Paris
11, rue Poulbot, 75018 Paris

Toute la France au Panthéon

Mongolien en position debout (2009) de Shen Hongbiao

Toute la France et même la Chine au Panthéon.

Car les choses se précipitent, sans parler des futurs résidents annoncés par le président de la république, parité parfaite, deux femmes et deux hommes (Germaine Tillion, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Pierre Brossolette et Jean Zay).

Pour les touristes asiatiques dont je ne parviens pas toujours, à ma grande confusion, à identifier du premier coup d’oeil la nationalité, chinois, coréens ou japonais, ce qui les intéresse, c’est indubitablement et pour le moment la statue d’acier d’un Mongolien en position debout né en 2009, nu et de quatre mètres de hauteur, don du sculpteur chinois Shen Hongbiao à l’université Paris 1 qui, n’ayant pas encore trouvé de lieu pour abriter ce cadeau, l’a mis sur le trottoir au grand plaisir de tout un chacun et des touristes en particulier, disais-je, qui viennent se faire photographier devant, et même quelques uns ou quelques unes jouer de la perspective pour mesurer sur la photo entre deux doigts la longueur du sexe du monsieur, comme d’autres marquent la pointe de la pyramide du Louvre ou la hauteur de la tour Eiffel. (Cette phrase est très longue, non?)

Pour prendre la statue en photo, il faut faire la queue, si je puis dire, et attendre que tous les membres de la famille de nos visiteurs se soient fait leur selfie avec ce mongolien plein de muscles.

La Sorbonne devrait vraiment le laisser là, en haut de la rue Soufflot, il attire le touriste vers le Panthéon au moment ou sa coupole se pare d’une bâche destinée à protéger les travaux de sa rénovation et qui permettra au Street artiste JR de proposer un événement affichatoire, monumental et photographique dont il a le secret.

En effet, dès le 5 mars, vous pourrez envoyer votre portrait sur le site réservé à cet effet, ou venir vous le faire tirer (le portrait) dans le camion photographique de JR himself posté devant un des huit monuments retenus (tous les détails sur le site plus bas). Et si votre trombine est retenue, vous aurez le plaisir éphémère comme il se doit de vous voir apparaître sur cette bâche de chantier qui enrubanne le tambour de notre monument national, à partir du 22 avril 2014.

Le site : AuPanthéon.fr

Ce projet fait partie d’un projet encore plus vaste de JR “Inside Out The people’s art project” dont je vous conseille de visiter le site.

J’ai classé cet article dans la rubrique street art, à double titre et vous comprenez maintenant pourquoi.