Agenda

Judith et Holopherne au musée Jacquemart-André : Alberto Longhi – de Giotto à Caravage –> 20 juillet 2015

C’est à un voyage hors du commun que nous convie le Musée Jacquemart-André  avec l’exposition Alberto Longhi – de Giotto à Caravage qui « nous invite à découvrir, à travers une sélection des oeuvres de sa collection et quelques autres prêts exceptionnels, l’éventail des passions de Roberto Longhi, du chatoiement des primitifs italiens au saisissant clair-obscur des plus grands caravagesques. »

N’hésitez pas à passer sur vos oreilles le casque de la visite commentée, puisqu’aussi bien l’éclairage de ces merveilles vaut tout autant par le regard qu’on leur porte que par celui de ce grand historien de l’art que fut Longhi et de leur confrontation.

Je vous ai mis de côté deux oeuvres qui traitent, avec tant d’autres et après le Caravage, de l’épisode fameux de « Judith décapitant Holopherne« , traité ici par Battista del Moro et par Carlo Saraceni.

Judith avec la tête d'Holopherne - battista del Moro - circa 1550

Judith avec la tête d’Holopherne – battista del Moro – circa 1550

Judith avec la tête d'Holopherne - Carlo Saraceni - circa 1618

Judith avec la tête d’Holopherne – Carlo Saraceni – circa 1618

Musée Jacquemart-André
158, boulevard Haussmann
75008 PARIS
Tel. : + 33 (0)1 45 62 11 59
www.musee-jacquemart-andre.com

50 ans d’art urbain à Paris au Crédit Municipal de Paris jusqu’au 6 juin

50 ans d'art urbain à Paris

 

C’est vraiment une magnifique exposition, la première dit-on qui essaie de montrer un panorama de l’art des rues depuis le début des années 1980.

 

Je vous ai mis de côté quelques photos pour vous donner envie.

 

50 ans d'art urbain à Paris au Crédit Municipal    Mosko & Associés - Sans titre - 2013 - Bombe aérosol et pochoir sur toile    Dominique Larrivaz - Vach Foll - 1990 - Acrylique sur carton   Jean Faucheur - Gazireine - 1986 - Acrylique sur toile     Jérôme Mesnager - Sans titre - 2006   Miss. Tic - J'enfile l'art mur - encre aérosol sur toile et bois   Thom Thom - Ethnik art (numéro 1) 2010 - affiches découpées et marouflées   Jana & Js - - 2010 - Bombe aérosol sur palissade en bois   Artiste Ouvrier - Sans titre - 2013 - bombe aérosol, toile roulée

C’est au Crédit Municipal

55 rue des Francs Bourgeois Paris 4ème

C’est gratuit vous ne serez donc pas obligé de mettre le collier de la grand tante en gage, et c’est jusqu’au 13 juin 2015.

Quant aux horaires, ils sont somptueux: lundi au vendredi de 9 à 18 h et le samedi de 9h à 17h

 

Galerie Argentic : La fabrique des icônes – la Photo de presse retouchée entre 1910 et 1970 jusqu’au 20 juin 2015

la fabrique des icones - photo de presse retouchee 1910-1970 - 3 avril-20 juin 2015

La galerie Argentic présentera du 3 avril au 20 juin 8018, des photographies de
presse retouchées à la main, issues de la collection du réalisateur Reynal Pellicer.

Fruit de plusieurs années de recherche, la collection de Raynal Pellicer rassemble unecentaine de photographies toutes choisies pour leur rareté et quautés esthétiques. Cet ensemble unique en son genre a été montré en 2013 lors des Rencontres Photographie à
Arles sous le titre Version Originale où l’exposition a connu un véritable succès et a donné naissance à un ouvrage du même nom édité aux Editions de La Martinière.

L’exposition à La Galerie Argentic proposera un focus sur une trentaine d‘oeuvres emblématiques dont les protagonistes ne manqueront pas d’évoquer souvenirs et réminiscences cinématographiques aux visiteurs.

Cette exposition, La fabrique des icônes repose sur l’idée même de ce que peut être une image. D‘une simplicité apparente au préalable, elle nous montre comment un portrait, une scène de film peuvent être recadrés, découpés, peints, retournés pour finalement
devenir une autre image ou seule la personne demeure, mais plus juste, plus belle, plus photogénique.

La fabrique des icones - photo de presse retouchee 1910-1970 - 3 avril-20 juin 2015 à la galerie Argentic- Tala Birell

La fabrique des icones - photo de presse retouchee 1910-1970 - 3 avril-20 juin 2015 à la galerie Argentic-  Robert Stack

 

 

 

Exposition du 3 avril au 20 juin 2015

Du mardi au samedi / de 15h à 19h

Galerie Argentic
43 rue d’Aubenton Paris 5ème
www.argentic.fr

 

Toute la France au Panthéon

Mongolien en position debout (2009) de Shen Hongbiao

Toute la France et même la Chine au Panthéon.

Car les choses se précipitent, sans parler des futurs résidents annoncés par le président de la république, parité parfaite, deux femmes et deux hommes (Germaine Tillion, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Pierre Brossolette et Jean Zay).

Pour les touristes asiatiques dont je ne parviens pas toujours, à ma grande confusion, à identifier du premier coup d’oeil la nationalité, chinois, coréens ou japonais, ce qui les intéresse, c’est indubitablement et pour le moment la statue d’acier d’un Mongolien en position debout né en 2009, nu et de quatre mètres de hauteur, don du sculpteur chinois Shen Hongbiao à l’université Paris 1 qui, n’ayant pas encore trouvé de lieu pour abriter ce cadeau, l’a mis sur le trottoir au grand plaisir de tout un chacun et des touristes en particulier, disais-je, qui viennent se faire photographier devant, et même quelques uns ou quelques unes jouer de la perspective pour mesurer sur la photo entre deux doigts la longueur du sexe du monsieur, comme d’autres marquent la pointe de la pyramide du Louvre ou la hauteur de la tour Eiffel. (Cette phrase est très longue, non?)

Pour prendre la statue en photo, il faut faire la queue, si je puis dire, et attendre que tous les membres de la famille de nos visiteurs se soient fait leur selfie avec ce mongolien plein de muscles.

La Sorbonne devrait vraiment le laisser là, en haut de la rue Soufflot, il attire le touriste vers le Panthéon au moment ou sa coupole se pare d’une bâche destinée à protéger les travaux de sa rénovation et qui permettra au Street artiste JR de proposer un événement affichatoire, monumental et photographique dont il a le secret.

En effet, dès le 5 mars, vous pourrez envoyer votre portrait sur le site réservé à cet effet, ou venir vous le faire tirer (le portrait) dans le camion photographique de JR himself posté devant un des huit monuments retenus (tous les détails sur le site plus bas). Et si votre trombine est retenue, vous aurez le plaisir éphémère comme il se doit de vous voir apparaître sur cette bâche de chantier qui enrubanne le tambour de notre monument national, à partir du 22 avril 2014.

Le site : AuPanthéon.fr

Ce projet fait partie d’un projet encore plus vaste de JR « Inside Out The people’s art project » dont je vous conseille de visiter le site.

J’ai classé cet article dans la rubrique street art, à double titre et vous comprenez maintenant pourquoi.

LouiseBrooks theme byThemocracy