Agenda

Derain, Balthus, Giacometti – Musée d’Art Moderne – jusqu’au 29 octobre 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Que faire à paris au mois d’Août? L’exposition qui illustre l’amitié entre Derain, l’aîné, Balthus et Giacometti répond pleinement à cette question.

Musée d’Art Moderne du 2 juin au 29 octobre 2017
11, av. du Président Wilson
75116 Paris
+ 33 (0)1 53 67 40 00

 

Derain, la Nièce du peintre 1931

Arles 2017 – Annie Leibovitz – The Early Years, 1970-1983

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Annie Leibovitz, the Early Years, 1970-1983. Grande Halle, Parc des Ateliers, jusqu’au 24 septembre 2017. Ouvert tous les jours, de 10 h à 19h30.

Annie Leibovitz – Avec 2500 photos exposées cette année aux Ateliers d’Arles – la période de 1970 à1983, il y aura sans doute l’année prochaine une seconde séance – on est à la fois intéressé, séduit, et puis aussi un peu étourdi par cette abondance.

Et quelquefois, le découragement vous saisit, comme il peut saisir tout photographe lorsqu’il cherche dans sa boite ou sur son écran quelle photo il retiendra finalement d’une journée de travail, d’une période, d’un événement, celle qui fait sens, pas forcément la plus belle, la mieux exposée, la plus explicite, mais celle qui lui fait dire c’est celle là que je veux montrer.

Là elles y sont toutes, peut-être, en tout cas beaucoup, et c’est au visiteur de se confronter à ce travail, d’autant plus éprouvant qu’il n’est pas l’auteur des milliers d’instants capturés et alignés, punaisés méthodiquement sur de grands panneaux, d’autant plus aussi que son temps lui est compté, celui de la visite alors qu’il faudrait des jours et des jours d’exploration, de découverte, de mise en rapport, de commentaires, de recherches.

Alors, j’ai baissé les armes et j’ai fait comme ce visiteur, je me suis assis, découragé peut-être, incapable de maîtriser ce que je voyais, inquiet de mon impuissance.

 

Arles 2017 - Annie Leibovitz, the Early Years, 1970-1983

 

Quai Branly : L’Afrique des Routes du 31/01 au 12/11/17

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

L'Afrique des Routes

 

37 quai Branly Paris 7e ( Tel 01 56 61 70 00 )

Du mardi 31 janvier 2017 au dimanche 12 novembre 2017

mardi, mercredi, dimanche : 11h00-19h00
jeudi, vendredi, samedi : 11h00-21h00

(fermeture le lundi)

Le musée du Quai Branly nous propose une formidable exposition sur le continent africain au travers de ses échanges avec le reste du monde. Et pas seulement sur une ou deux décennies, mais en remontant l’horloge du temps sur plusieurs millénaires. A voir absolument pour se convaincre que l’Afrique n’est pas un continent sans histoire, arguments et discours alternatifs ou pas.

Extrait :
« Aux origines de l’humanité, l’Afrique a constamment échangé avec les autres continents. Elle n’a pas seulement fourni sa force de travail, son or et ses matières premières depuis des millénaires, mais aussi ses savoir-faire et ses cultures constamment remodelés. Son histoire est Inscrite dans les dynamiques mondiales.

Panorama d’un continent au carrefour des mondes, a contre-courant des idées reçues.

L’Afrique, un continent sans Histoire ? Si les a priori ont la vie dure, les faits, eux, sont indéniables: les Africains n’ont jamais vécu dans l’isolement. Longtemps ignorés, les échanges panafricains et extra-africains ont pourtant débuté voici des millénaires, bien
avant l’arrivée des premiers navires portugais au 15‘ siècle, la colonisation et les indépendances.

En témoignent les quelques 3oo sculptures, pièces d’orfèvrerie ou d’ivoire, peintures et autres œuvres présentées dans l’exposition L‘AFRIQUE DES ROUTES.
Inédite par son ampleur et la diversité des champs qu’elle aborde, L’AFRIQUE DES ROUTES entend montrer que l’histoire de l’Afrique s’inscrit dans le temps universel depuis la Préhistoire et que cette histoire a laissé de nombreuses traces. Du cinquième millénaire avant notre ère a nos jours, celle-ci évoque ainsi les routes fluviales, terrestres ou maritimes qui ont contribué à la circulation et aux contacts des hommes, des matériaux et des œuvres. De l’art rupestre du Sahara aux porcelaines chinoises de Madagascar, des cultes et rituels candomblé* d’Amérique du sud aux œuvres contemporaines métissées du Nigérian Yinka Shonibare MBE, c‘est le portrait d’un continent au cœur de l’histoire qui est ici dressé. »

* religion afro-brésilienne

Cavalier style Dogon - 16ème siècle - Mali  Tête - 16ème siècle - Nigéria royaume du Bénin  Buste de Nito femme Yogo - RDC 1937 - Jane Tercafs

Sommet de casque - 1930 - style Baga - Guinée  La Méduse - 2008 - Yinka Shonibare MBE

 

 

 

Et si vous voulez lire utile, procurez-vous vite cet étonnant petit livre écrit par Catherine Coquery-Vidrovitch, commissaire associée de cette exposition : Petite Histoire de l’Afrique aux éditions La Découverte.

 

LouiseBrooks theme byThemocracy