Expos d’été à la Mep : A dark Thread (Henry Wessel) – Fil Noir (collection Mep)


Il reste 39 jours pour voir cette exposition

Henry Wessel : A Dark Thread
Fil Noir – collection de la Mep
Maison Européenne de la Photographie
Exposition du 5 juin au 28 août 2018
Maison Européenne de la Photographie (site)

 5/7 rue de Fourcy Paris 4e (carte)
expositions : Ouvert du mercredi au dimanche de 11 à 20h

Les rendez-vous réguliers pour les nouvelles expos de la Mep sont devenues des incontournables. Nous en avons retenu deux pour cet été.

Henry Wessel

« L’exposition  met en lumière trois séries.
À l’instar d’un story-board, Incidents suit l’ordre précis constitué par Henry Wessel, selon un procédé de correspondances visuelles qui lui était cher.
Sunset Park rassemble des prises de vue nocturnes, invitant à une plongée dans l’ambiance mystérieuse des nuits californiennes.
Enfin, toujours en suivant un jeu de rapprochements visuels, Henry Wessel avait commencé, avant son décès en septembre 2018, à reconstituer avec les équipes de la MEP la troisième série de l’exposition : A Dark Thread, présentée sous cette forme pour la première fois.
Son univers unique et mystérieux se retrouve dans l’ensemble des ses images, comme un « fil noir » les liant les unes aux autres. »

C’est une oeuvre assez singulière qui nous est présentée ici, photos quotidiennes, mais qui feront stationner longtemps devant chacune les amoureux des grosses voitures, des étendues désertiques et des nuits forcément singulières passées dans les motels . Difficile de nous désintoxiquer de cet imaginaire là!

Fil Noir (collection Mep)

Henry Wessel aimait réunir des photos proches par leur esthétique ou leur discours et les afficher au long d’un « fil noir »

C’est  ce qui a présidé à ce projet formidable de sortir des riches archives  de la Mep des « photos liées » pour nous proposer des ébauches d’histoires qui nous plongent chaque fois dans un univers particulier.

Parfois, un photographe tient le discours seul, parfois ils sont plusieurs à participer à l’énoncé dans un cadavre exquis photographique passionnant.

Noir aussi, le roman n’est jamais loin de ces ébauches, tout comme le polar ou le fait divers, la ville et ses rues pleines d’encre, ses bars interlopes, ses visages à la serpe au son de notes de jazz résonnant dans  la nuit.

L’occasion de retrouver des  photographes illustres, et réunis pour l’occasion, Brassaï, Doisneau, Weegee, kertesz, Sabine Weiss, Robert Franck, Larry Clark, ….

 


Petit Palais : Paris Romantique, 1815-1848


Il reste 57 jours pour voir cette exposition

Paris Romantique, 1815-1848
Exposition du 22 mai au 15 septembre 2019
Avenue Winston-Churchill – 75008 Paris (carte)
Du mardi au dimanche de 10h à 18h.
Nocturne le vendredi jusqu’à 21h.

Quelle époque, quelle incroyable succession d’événements, politiques, sociaux, artistiques! Si vous avez envie de vous plonger dans ce demi-siècle de bouleversements qui nous interpelle directement par sa vitalité, son actualité et sa violence et sa surprenante mélancolie, cette exposition est pour vous.
Magistralement mis en perspective, tableaux, costumes, lithographies, statues, livres rares sont judicieusement rassemblés dans les salles du petit Palais, un lieu magique dont la délicatesse architecturale semble avoir été pensée tout exprès.

Vous pourrez ensuite si le temps s’y prête aller vous asseoir au café restaurant jardin parmi les chants d’oiseaux et les effervescences florales du jardin en arc de cercle de palais.

Un enchantement!

« La scénographie de l’exposition propose une ballade dans le Paris romantique qui fait alterner lieux extérieurs et intérieurs. Elle s’effectue sur le temps d’une journée, du petit matin avec l’évocation des appartements des Tuileries jusqu’à la nuit tombée avec les salles de spectacles des Grands Boulevards. Les heures du jour seront rendues sensibles par la lumière qui varie tout au long du parcours accompagnant la progression dans l’espace et dans le temps. Elle renforce l’immersion du visiteur dans les décors du XIXe siècle, extérieurs et intérieurs qu’il traverse.

Les couleurs, la lumière, les décors donnent une identité immédiate à chaque lieu : les espaces extérieurs ont des tonalités urbaines ton pierre, rehaussé de détails graphiques vieil or ou acier noir. La lumière est celle du jour, dans ses variations horaires. Les espaces intérieurs ont des tonalités évocatrices, conformes aux goûts de l’époque. La lumière du jour y pénètre par les portes, les fenêtres, les verrières. Un éclairage chaud le complète.

Les séquences chronologiques 1815, 1830, 1848 font rupture. L’éclairage y est homogène et discret.« 


Art Contemporain – Street Art – Place saint Sulpice les 25 et 26 juin 2018


Une petite respiration pour fêter l’été qui cette fois semble vouloir être aussi de la partie.

Un vernissage cool le lundi 25 à 18h
Des tirages 40 x60 plein cadre
Plein de petits formats à consommer sans tarder tant qu’il en reste…

What else?

Place Saint Sulpice, emplacement 419, à droite de la place en regardant l’église.

Lundi 25 de 15 à 22 heures
Mardi 26 de 11 à 20 heures

Je serai ravi de partager tout ça avec vous.

Art Contemporain - Street Art - Gérard LAURENT expose place saint Sulpice les 25 et 26 juin 2018


Gilles CARON : PARIS 1968 – jusqu’au 28 juillet à l’Hôtel de Ville de Paris


 

Gilles CARON : PARIS 1968
à l’Hôtel de Ville de Paris
Exposition du 5 mai au 28juillet 2018
Entrée 5 rue de Lobau Paris 4ème (carte)
Tous les jours (sauf dimanche, fériés) 10h-18h30

C’est gratuit, c’est magistral, les photos sont superbes et c’est peut-être le meilleur moyen pour tous ceux qui n’ont pas connu cette époque et vécu ces événements, de comprendre un peu la nature très spéciale de mai 1968.