Serge Gainsbourg à la Galerie de l’Instant du 11 mars au 31 mai 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Serge Gainsbourg - Galerie de l'Instant

 

Fan de Serge Gainsbourg? Pour les 25 ans de sa disparition la galerie de l’Instant propose une expositition d’ images inédites de Serge, seul ou accompagné, souvent de Jane Birkin, parfois aux côtés d’autres beautés… jusqu’au 31 mai 2016.

 

Vous je ne sais pas, mais moi je suis fan.

 

Vernissage le 10 mars à 19h

 

La Galerie de l’Instant
46, Rue De Poitou
Paris 75003
+33144549409
julia.gragnon@wanadoo.fr

du mardi au samedi de 11h à 19 h
et le dimanche de 14h30 à 18h30

La Bibliothèque

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Ca chauffe, mais ca n'éclaire pas du tout... Tant pis    Voyons, voyons... où est passé ce livre?

Ah c'est celui-là!    La bibliothèque 4

La bibliothèque 5

La bibliothèque 7

La bibliothèque 6

La bibliothèque

 

Photos @Gérard LAURENT  (Avec Bagheera Poulin)

La galerie Agathe Gaillard c’est fini!

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

« Cette fois c’est vrai . C’est moi qui vous le dis. La galerie Agathe Gaillard, c’est fini ! A partir du mardi 2 février, il y aura une braderie de cadres, livres, affiches, cartes postales, meubles et toutes sortes de choses redécouvertes. A bientôt, j’espère… J’aimerais vous dire au revoir. » Agathe Gaillard

Alors nous aussi on est un peu triste à la Panse de l’Ours

Ca c’est le mail reçu à l’Oeil de la Photo. L’Oeil c’est bien, on peut s’abonner et en plus c’est gratuit.

 

 

Le Poudrier de FKDL

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Rue Quincampoix, un collage de FKDL qui fleure bon la poudre de riz.

 Franck Duval - FKDL

François KOLLAR, un ouvrier du regard au Jeu de Paume jusqu’au 22 mai 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

François Kollar au jeu de Paume

 

Pour cette première session 2016, le Jeu de Paume présente une rétrospective du travail du photographe François KOLLAR.

Né en Hongrie, François Kollar  arrive en France à 20 ans en 1924. Il passe  quelques années aux usines Renault, passage qui lui fera côtoyer le monde ouvrier, celui des usines et des machines mais aussi des hommes qui les animent, une immersion qui marquera profondément ses futurs travaux. Toute sa vie il s’appliquera, en artisan d’excellence, à satisfaire les commandes, que ce soit dans la mode, la publicité, et se révélera magistral dans la documentation sociale et historique du monde du travail.

François Kollar est en effet surtout connu pour avoir réalisé un immense travail documentaire sur le monde  agricole et industriel entre 1931 et 1934, pour les éditions des Horizons de France. Vingt régions visitées pour illustrer les textes d’une vingtaine d’auteurs, il saura leur rester fidèle tout en livrant des milliers de photos d’une rare qualité qui sont aujourd’hui un trésor pour qui veut connaître l’artisanat, le monde paysan ou industriel de l’entre deux guerres. Ses photos, sans jamais voler la vedette aux textes qu’elles illustrent, sont pourtant d’une exceptionnelle qualité, tant sur le plan technique que par leur point de vue.

 

Étude publicitaire pour "Magic Phono", portrait de Marie Bell en photomontage 1930 François Kollar Superposition de négatifs, donation François Kollar, Médiathèque de l‘architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont

Étude publicitaire pour « Magic Phono », portrait de Marie Bell en photomontage
1930
François Kollar
Superposition de négatifs, donation François Kollar, Médiathèque de l‘architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont

 

 

Nettoyage des lampes. Société des mines de Lens, Lens (Pas-de-Calais) 1931-1934 François Kollar Épreuve gélatino-argentique d‘époque, 18 x 24 cm. Paris, Bibliothèque Forney. © François Kollar / Bibliothèque Forney / Roger-Viollet

Nettoyage des lampes. Société des mines de Lens, Lens (Pas-de-Calais)
1931-1934
François Kollar
Épreuve gélatino-argentique d‘époque, 18 x 24 cm.
Paris, Bibliothèque Forney. © François Kollar / Bibliothèque Forney / Roger-Viollet

 

Renault. D‘une main l‘ouvrier fait tomber le sable. Billancourt (Hauts-de-Seine) 1931-1934 François Kollar Plaque de verre, dimensions du négatit : 13 x 18 cm. Paris, Bibliothèque Forney. © François Kollar / Bibliothèque Forney / Roger-Viollet

Renault. D‘une main l‘ouvrier fait tomber le sable. Billancourt (Hauts-de-Seine)
1931-1934
François Kollar
Plaque de verre, dimensions du négatit : 13 x 18 cm.
Paris, Bibliothèque Forney. © François Kollar / Bibliothèque Forney / Roger-Viollet

 

 

Sans titre [Emboutissage des couverts, usine Christofle, France] 1957-1958 François Kollar Épreuve gélatino-argentique d‘époque, 30 x 21,6 cm. Donation François Kollar, Médiathèque de l‘architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont

Sans titre [Emboutissage des couverts, usine Christofle, France] 1957-1958
François Kollar
Épreuve gélatino-argentique d‘époque, 30 x 21,6 cm.
Donation François Kollar, Médiathèque de l‘architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont

Exposititon François Kollar Un ouvrier du regard  au jeu de Paume

 

Deux autres photographes sont présentés pendant cette séquence : Helena ALMEIDA – Corpus  et Edgardo ARAGON – Mesoamérique : l’Effet Ourangan

 

Le Jeu de Paume
place de la Concorde 75008 Paris

Ouvert mardi de 11h à 21h.
Du mercredi au dimanche
de 11h à 19h.
Fermeture le lundi, et le 1er mai
y compris les lundis fériés

 

Christophe POUGET prend sa place à l’Opéra / InSitu Project#1 Opéra / Paris

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

La place de l'Opéra photographiée et collée par Christophe Pouget

Un des premiers admirateurs de la photo collée sera un cycliste

 

Christophe Pouget est photographe et il a entrepris de photographier le monde et ces cités célèbres. Alors, comme beaucoup, quand il voyage, il attend le coup de coeur avec une préférence tout de même pour les places et les carrefours. Et il photographie. Nous sommes quelques uns à faire pareil, hein?

Oui, mais lui photographie vraiment, une fois, dix fois, cent fois, cinq cents fois, revenant sans cesse jour après jour au même endroit, accumulant les lumières, les scènes, un peu comme Harvey Keitel dans le film Smoke qui prenait chaque jour une photo de sa rue, sauf que Christophe condense cette frénésie sur une ou deux semaines quitte à revenir plus tard pour compléter son matériau de base avant de s’enfermer dans son atelier pour recomposer une photographie à partir des centaines de clichés accumulés. Et le travail de reconstruction commence, pour un résultat très déstructuré quand même je vous rassure, et très intéressant, révélant l’âme de l’endroit un peu comme le cubisme qui en dit parfois plus qu’un point de vue simplement réaliste.

Exposé régulièrement en galerie, Christophe Pouget s’est demandé s’il était possible de sortir du cadre et l’effet produit par une de ses photos collée sur le trottoir sur le lieu même des prises de vues. Aussitôt pensé, aussitôt décidé et le collage place de l’Opéra a eu lieu vendredi 5 février 2016.

Surprise garantie et plaisir des touristes se pressant en permanence pour photographier la façade de l’Opéra Garnier. La seule question maintenant c’est de savoir combien ce collage, évidemment éphémère, restera intact.

Si vous passez par là, cherchez le vous ne pouvez pas le manquer, s’il est toujours là.

Sinon, rendez-vous sur le site du photographe www.christophepouget.com

Today’s picture – Bien démarrer sa journée: écouter les nouvelles à la radio!

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Ecouter les nouvelles au poste pour bien débuter sa journée

LouiseBrooks theme byThemocracy