Attention : un ours peu en cacher un autre


Cette petite image est formidable, elle peut pratiquement nous aider à décoder toute l’actualité récente.

Prenons Jean Louis Borloo, par exemple… Juste un exemple, hein?

Sarko lui avait prêté un beau costume de président, et maintenant il lui demande de l’enlever… « Il est minuit Cendrillon, j’ai pas été élu pour prêter mon beau costume à n’importe qui… » Dommage qu’entretemps Borloo ait entraîné toute son équipe au milieu des sables mouvants, ah oui, pas de chance… Car ils ont bonne mine, tous ceux qui ont tout abandonné pour le suivre… Rama Yade par exemple, ancienne secrétaire d’Etat aux droits de l’homme et aux sports, puis ancienne ambassadrice de la France auprès de l’Unesco, est maintenant … ah bah, on ne sais plus très bien ce qu’elle est, maintenant.

Mais notre petit ours peut encore illustrer bien d’autres affaires.

Prenez Michel Neyret, toujours par exemple : malfrat déguisé en super flic? Ca le ferait déjà très bien.

Mais on peut faire mieux et imaginer une machination encore plus machiavélique digne d’un très bon thriller, du genre le début d’une formidable intoxication du milieu où on assisterait, en public et en vrai, à la fausse accusation d’un super flic pour mieux lui permettre d’infiltrer le milieu et son succès après des mois de double jeu… Vous imaginez le retournement de situation d’ici quelques mois?

D’ci là, d’ailleurs, c’est tout bénef pou Claude Guéant et son chiffre d’élucidation d’affaires criminelles. L’affaire Neyret ça gonfle les résultats d’un seul coup et ça remonte le moral de la Police des Polices à qui on interdit d’enquêter sur les écoutes des journalistes où les enquêtes sur les copines des candidats socialistes…

Dernier exemple, l’élection présidentielle. Consciencieusement, je regarde les candidats socialistes à la primaire et je cherche à découvrir l’ours qui secache sous le déguisement de l’ours… Parce que après le présodent qu’on a, on ne sera jamais trop prudent. Il y en a des tas qui avaient choisi un ours travailleur, honnête, sympa et qui allait leur regonfler le moral et le portefeuille tout en rassemblant les français et quand il s’est peu à peu dépouillé de son beau costard et de sa rolex, on a cru voir arriver les envahisseurs. Alors maintenant je me méfie.

Mais tout cela n’est rien en comparaison de la Panse de l’Ours. Vous qui lisez ces lignes, tremblez, en fait c’est l’ours qui vos lit. Et cet ours qui semble vous vouloir du bien n’est rien d’autre, sous son beau costume, qu’un faux doudou qui mue toutes les fins d’été pour reprendre ses véritables habits de… nounours. Vous me suivez? Non? je recommence…