NowArt et Gregos à Montmartre

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone


 

 

Vu rue du Calvaire, dans l’escalier qui grimpe jusqu’à la place du Tertre, 3 affiches magnifiques de NowArt dont deux en relief grâce à Gregos.

Celui de van Gogh est particulièrement troublant: la peinture ne coïncide pas avec le moulage, les yeux, le nez, la bouche sont décalées et cela donne à l’ensemble une présence encore plus forte. Superbe.

Vendredi 30 juillet : 2ème fête musicale et poétique à l’espace l’Harmattan

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone


 

Vendredi 30 juillet 2010 à 20h
2ème Fête Poétique et Musicale
France Egypte Turquie Iran Palestine Haïti Roumanie Syrie Tunisie Algérie
Mohammad Amer-Toussi , Mahmoud Darwich, Marius Chelaru , Maggy de Coster, Marilena Lica-Mashala, Khaled Roumo, Nassim Al Dugom, Osama Khalil.
Ghais Jasser interprète au piano ses nouvelles compositions, Daniela Rada, soprano lyrique, Nadia et Souad, chanteuses,
Yvan Navaï, piano et Meher Melki, luth

Paf : 5 €
Possibilité de dîner traditionnel égyptien : 8 €

Espace le Scribe l’Harmattan
19, Rue Frédéric Sauton Paris 75005
Tél : 09 81 62 06 38
Site : http://scribeharmattan.20six.fr/
Mail : scribeharmattan@hotmail.fr
Maubert Mutualité (Métro Ligne 10)

400 000 euros… pas facile à dépenser en huit jours!

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Moi, vous m’connaissez… je suis un garçon pratique.

Et je me suis demandé pourquoi la loi interdit de dépenser son argent n’importe comment. En particulier pourquoi elle interdit, quand on va chez son boucher acheter pour plus de 3000 euros de boeuf mironton, de le payer en espèces…

A quoi peut bien servir cette loi? Je vous le demande. Et bien, à l’époque, il s’agissait d’empêcher certaines personnes qui, euh… qui… dont… bref des gens qui n’avaient pas envie qu’on puisse remonter jusqu’à eux pour leur demander pourquoi ils avaient acheté trois tonnes de boeuf mironton en espèces et sans facture, et surtout qui n’avaient pas du tout envie qu’on puisse leur demander d’où pouvait bien venir tout cet argent alors que seul le grand père travaille comme gardien de nuit au Grand Hôtel et nourrit ses quinze enfants et ses vingt-deux neveux et nièces avec son demi smic.

Certains mauvaises langues prétendaient que cela gênerait aussi certains commerçants sans scrupules, en les empêchant de dépenser tout l’argent qu’elles auraient pu gagner en espèces dans leur petit commerce de glaces en cornet sur la digue du saint Trudaine les Bains sans le déclarer.

Et puisqu’il est assez difficile de coller un fonctionnaire pour compter le nombre de cornets vendus derrière notre marchand de glaces, le législateur a prévu qu’il était plus pratique de lui interdire d’acheter sa Mercedes sur le marché aux voleurs des boulevards extérieurs avec un rouleau de banknotes.

Bon d’accord, me rétorquerez-vous, mais cette limitation ne vaut pas pour les dons aux partis politiques, hein? Car vous avez deviné, petits canaillous, où je voulais en venir…

Non, en effet. La limitation en ce cas est encore plus drastique, puisque les dons aux partis politiques sont en effet limités à 7500 euros par personne et par an , en dehors des périodes électorales où ce plafond est alors ramené à 4600 euros.

Et pour faire bonne mesure, et c’est là que ça devient savoureux, il faut ajouter que ces dons doivent être effectués par chèque lorsqu’ils dépassent 150 euros… un souci mesquin de traçabilité…

Du coup, on ne comprend pas très bien à quoi peut bien servir de retirer de l’argent à la banque pour faire des chèques… Mais forcément, tout ça nous dépasse un peu. Forcément…

Ah oui?… Oui, oui!

En attendant, avec tous ces règlements, essayez donc de dépenser 400 000 euros en une semaine, uniquement en espèces et sans tricher, pour assurer les dépenses courantes de l’entretien de votre maison….

Today’s picture : Stockholm

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone


Photo du port de stockholm - © gérard Laurent

Stockholm – 2010

Tiens, puisqu’on n’arrête pas de comparer nos systèmes politiques et sociaux avec celui de la suède, à quoi ressemble donc Stockohlm, quand elle daigne émerger de sa nuit polaire? Joli, non?

Deux chiffres :
. Selon l’indice de démocratie de The Economist, la Suède est en 2008 le pays le plus démocratique au monde avec un indice de 9,88/10.
. Le taux de suicides en Suède, généralement considéré comme élevé et attribué au déficit de soleil pendant une bonne moitié de l’année, est de 200 par million d’habitants. La France, le pays où il fait bon vivre, engrange un taux de suicides de 304 par million. Il faut dire que notre système pénitentiaire et quelques grands entreprises en mal de réorganisation font tout ce qu’il peuvent pour plomber nos performances et y réussissent parfaitement.

Today’s picture : le plaisir du bain de soleil

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Photo le plaisir du bain de soleil - New London -Usa - Connecticut -  2010 © gerard Laurent

Usa – Connecticut – New London – 2010

Saci Urbano réveille la légende brésilienne du petit noir unijambiste

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Et voici Saci Urbano… C’est ce que proclame la signature de ce pocheur brésilien qui visiblement aime faire son affaire aux p’tits mickeys.

Pour bien comprendre Saci Urbano, il faut se pencher un peu sur les traditions populaires brésiliennes et ce curieux personnage, le Saci, unijambiste, avec un drôle de chapeau, la pipe au bec et dont l’arme favoorite est le lance-pierre.

Un peu de lecture donc :

« Ce personnage tiré du folklore brésilien est apparu à la fin du dix-huitième siècle dans le sud du pays, sous la forme d’un garçon indigène doté d’une queue, vivant dans la forêt et expert dans la connaissance des plantes et de leurs usages. Au fur et à mesure de la progression de la légende vers le nord du pays, il s’est progressivement transformé par le biais d’influences africaines, en un jeune noir unijambiste, coiffé d’un bonnet rouge et la pipe au bec. Le Saci-Pererê n’est pas un personage malfaisant. C’est un être malicieux, espiègle et insaisissable, constamment en train de faire des farces à tous ceux qui ont le malheur de croiser sa route, à l’image d’un lutin du folklore irlandais. »

« L’anthropophagisme » dans l’identité culturelle brésilienne
Par Joseane Lucia Silva
L’Harmattan (24 février 2009)

Avec un tel personnage, naturellement graphique, on comprend que notre artiste urbain n’ait pas résisté à la tentation de le transformer en personnage des villes, proccupé par des questions de lutte des classes, d’écologie et de retour aux sources. Car pour ce qui est des origines, au Brésil, ils connaissent et elles survivent toujours, cachées au milieu de la forêt primaire.

Moi, en attendant, j’adore le graphisme. Pas vous?

Et pour en savoir définitivement plus sur Urban Saci, rendez-vous sur son blog :
http://eosaciurbano.wordpress.com/

Sondage : les personnes âgées demandent à être équipées d’armes à feu!

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Devant le danger que représente leur vie quotidienne, agressions, saucissonages, vols à l’arraché, faux agents edf, faux ramoneurs et même dit-on faux ministres, les personnes âgées demandent vigoureusement au gouvernement d’être formées et équipées d’un armement approprié pour défendre chèrement leur peau. C’est ce qu’une enquête semble révéler…

D’ailleurs, j’ai eu deux voisins, plus très jeunes mais justement, qui m’ont avoué être prêts à « tirer dans l’tas » au moindre malfrat qui enjamberait leur clôture et tant pis si le malfrat se déguise en gamin venant récupérer son ballon… ou l’inverse.

D’ailleurs, si le couple de Pont Sainte Maxence poignardé en janvier dans son pavillon de 87 coups de couteau avait eu une bonne mitrailleuse en batterie, on aurait vu ce qu’on aurait vu.

C’est bien connu, une bonne rafale et tout s’arrange, la circulation se fluidifie, les dealers quittent les halls, les sdf paient leur ticket de rer, les adeptes du car-jacking demandent poliment la clé de votre voiture, les traders ne parient plus sur la ruine de votre pays en faisant tout pour que leur pronostic se réalise et les ministres ne sont plus obligés d’aller au magasin de bricolage du coin pour acheter un truc à haute pression.


Uploaded with ImageShack.us (Le siège de la Bande à Bonnot)

Vous souvenez-vous comment on parvint à se débarrasser de la Bande à Bonnot?

« Le 27 avril 1912, la police le surprend dans sa cachette de Choisy-le-Roi. Bonnot a le temps de se retrancher dans sa maison, et le chef de la Sûreté préfère faire cerner les alentours et attendre les renforts plutôt que de donner l’assaut. Un long siège commence, mené en personne par le préfet de police, Louis Lépine et sous le commandement du capitaine Pierre Riondet et du lieutenant Félix Fontan de la garde républicaine. De plus en plus de troupes diverses arrivent (jusqu’à un régiment de Zouaves avec sa mitrailleuse Hotchkiss dernier cri), ainsi que de nombreux badauds venus assister au « spectacle ». Bonnot sort de temps en temps sur le perron pour tirer sur ses ennemis ; il est évidemment accueilli par des salves de tir mais parvient à chaque fois à s’en sortir indemne. Tandis que le temps passe et que la police tergiverse sur la façon de mettre fin au siège, il se désintéresse peu à peu de ses assaillants pour se mettre à écrire son testament. Finalement, le lieutenant Félix Fontan décide de faire sauter la maison à la dynamite. Grièvement blessé dans l’explosion, Bonnot prend encore le temps de terminer son testament en affirmant l’innocence de plusieurs personnes dont Dieudonné. Lorsque les policiers emmenés par Guichard donnent l’assaut, il parvient encore à les accueillir à coup de revolver avant d’être blessé. Il décède peu après en arrivant à l’Hôtel-Dieu de Paris.

Après Bonnot, les deux derniers membres de la bande en liberté sont Valet et surtout Garnier, auteur de la plupart des meurtres. Le 14 mai 1912, ils sont localisés dans un pavillon de Nogent-sur-Marne. Les policiers espèrent réaliser une arrestation « en douceur », mais manquant de discrétion, ils sont repérés par Valet et Garnier qui se retranchent dans la maison. Un nouveau siège commence, pratiquement identique à celui de Choisy, avec un très grand nombre de policiers et militaires et une foule de badauds venue suivre les opérations. Pendant plus de 9 heures, Valet et Garnier tiennent en respect une petite armée de forces de l’ordre [3]. Finalement, un régiment de dragons parvient à faire sauter la villa. La police, ayant donné l’assaut, achève les deux hommes et doit ensuite se battre avec la foule pour récupérer les corps que celle-ci voulait réduire en bouillie ! »
(http://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Bonnot)

Les dragons… J’adore. On n’a pas encore essayé ça, ni la dynamite d’ailleurs. Il reste des pistes.

A Cité-Soleil en Haïti et à Kingston en Jamaïque et partout où on s’étripe avec entrain, ils vous le confirmeront: plus la police est armée, mieux ça va et quand la population l’est aussi c’est l’extase…

Belleville et Ménilmontant retraversés – Hommage à Willy Ronis par Patrick Bezzolato – jusqu’ au 5 septembre 2010

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Willy Ronis nous a quitté en septembre dernier dans sa centième année. Patrick Bezzolato eu la chance de le rencontrer personnellement à bien des reprises ces vingt dernières années. A quarante ans d’intervalle, Belleville et Ménilmontant fût leur territoire photographique privilégié et il a voulu pour rendre hommage au photographe disparu, montrer des images complices et commenter une rencontre avec un homme d’exception.

Un lieu: La librairie photographique

L’exposition est présentée à Belleville au milieu d’ouvrages consacrés à la photographie.

Ce lieu bien à propos pour ce sujet est ouvert au 17, rue de la Villette depuis septembre 2006. Vous y trouverez les dernières nouveautés en matière de livres consacrés
à la photographie, ouvrages de références, anthologies, monographies, tous les sujets abordés par la photographie : société, documentaire, nature, architecture, mode, etc.

Le libraire, Marc Pussemier, ancien agent de photographe pendant 25 ans sera heureux de vous conseiller et de partager avec vous ses connaissances sur la photographie.

Vernissage le Dimanche 4 Juillet à 16h

Librairie photographique : 17 rue de la Villette, 75019 Paris – Métro Jourdain -01 48 07 80 90
Horaires : mercredi au dimanche de 11h à 13h et de 15h à 19h30
La librairie sera fermée exceptionnellement du 5 au 14 juillet inclus et du 1 au 17 août inclus.

LouiseBrooks theme byThemocracy