“Les Naufragés du Fol Espoir” du Théâtre du Soleil

Envie d’un spectacle différent? Envie de retrouver un peu de théâtre populaire qu’on dit moribond? Essayez alors d’avoir une place (pour septembre maintenant) pour le spectacle du Théâtre du Soleil, la Compagnie dirigée par Ariane Mnouchkine: “Les Naufragés du Fol Espoir”.

Sur le Site de la Compagnie, on peut y lire ses excuses pour le succès formidable de cette fête du théâtre: plus de places.
Alors on y annonce aussi les dates de la reprise des représentations à Paris, du 15 septembre au 31 décembre 2010, car jusqu’à fin juin, c’est complet.

Et vraiment, c’est formidable, impossible à décrire, plus de 3 heures et demi d’immersion dans une pièce qui raconte et montre et vous happe dans le tournage d’un naufrage, le tout sombrant dans l’embrasement de la première guerre mondiale…

La mort de Jaurès, les utopies de Jules Verne, la folie des nationalismes, la cupidité, le colonialisme… Vous ne manquerez pas de sujets de réflexion dont tous, m’a-t-il semblé, restent plus que jamais d’actualité, au contraire. Et le tout avec une jubilation qui fait que le théâtre, quand il atteint cette ampleur, reste un événement irremplaçable.

http://www.theatre-du-soleil.fr/thsol/index.php

Une bonne photo se regarde en deux fois, une bonne pub aussi

Pour la photo, c’est certain, il faut que le premier coup d’oeil ne permette pas d’en faire le tour, mais qu’un deuxième examen en fasse découvrir un élément inattendu qui en change le sens… genre les cornettes d’une soeur de saint Vincent de Paul au milieu d’une foule de femmes en burqa, par exemple et au hasard.

C’est en tous cas ce qu’affirment certains spécialistes.

Pour la pub, ce serait la même chose et quand en plus vous y ajoutez la dose de sexe indispensable pour retenir les yeux volages, le pari est gagné.

Hunky Doris a axé sa campagne sur ce concept, renforcé por la fascination des américains et même des irlandais ce qui est souvent la même chose pour les cheerladers et même les joueuses qu’elles soutiennent, ce qui n’est certainement pas le cas pour notre belle jeunesse frenchie, saine et tournée vers le futur radieux des bleus au prochain mondial. Vive le sport vive l’effort qui nous rend joyeux et forts.

Paul Santoleri en live à la galerie Ligne 13

Avant le vernissage du jeudi 6 mai pour son exposition “Wall Tattoos”, Paul Santoleri investit chaque soir, en live, la galerie Ligne 13 et, si les autorisations sont données, le quartier.

Un conseil, ne laissez pas ce gars seul dans votre salon, vos risquez d’avoir de (bonnes) surprises à votre retour…

Pour le plaisir, quelques photos (en grand)
http://www.flickr.com/photos/gerardlaurent/sets/72157623986153468/show/

Galerie Ligne 13
13 rue la Condamine
Paris 17

“Willy Ronis, une poétique de l’engagement” à la Monnaie de Paris jusqu’au 22 août 2010

m4s0n501

Ce petit signet juste pour le plaisir de vous rappeler de ne pas manquer cette exposition.
Mais je suis bien certain que vous irez vous régaler, c’est le mot, comme on fait de friandises, tant les photos de Ronis sont délicieuses et méritent chacune d’être longuement regardées, comme on garde les bonbons sous la langue pour mieux en extraire les saveurs.
Laquelle choisir, pour illustrer cette invitation au bonheur? Allez, et même si elle semble un peu à part dans cette exposition consacrée à sa vie engagée, celle très connue du Nu Provençal, dont il a tant de fois raconté l’histoire.


Willy Ronis, Le Nu provençal, Gordes (Vaucluse), 1949
Tirage argentique 40 x 30 cm
Ministère de la culture et de la communication, Médiathèque
de l’architecture et du patrimoine.
Photo Willy RONIS © Ministère de la culture et de la
communication & Stéphane Kovalsky / dist. Agence Raph

En 1949, il était à l’étage de cette petite maison, un ancien moulin, qu’il avait acheté à Gordes avec sa compagne Marianne, en train de faire du plâtre quand il s’aperçut qu’il lui manquait une truelle. En descendant l’escalier qui passait par la chambre, il tombe sur Marianne qui venait de se réveiller de sa sieste et qui “s’ébrouait” dans la cuvette. Enchanté par la scène, il lui demande de ne pas bouger, saisit son rolleiflex sur un buffet voisin et prend 4 clichés qu’il oublie aussitôt, 4 photos parmi d’autres… La destinée et le succès de cette photo ne cessera pas de le surprendre.
Et nous de nous enchanter.

C’est du 16 avril au 22 août 2010.
Monnaie de Paris, 11 Quai de Conti, Paris 6e
Ouvert du mardi au dimanche – 11h/19h.
Nocturne le jeudi jusqu’à 21h30.
Fermé le lundi et le 1er mai.

LouiseBrooks theme byThemocracy